PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeImmobilier - constructionInnovations - technologiesServices aux entreprisesServices aux ménages - santé - loisirsAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0
0
Connexion

DERNIÈRES ÉTUDES DE MARCHÉ

RESULTATS

Vous avez un besoin particulier
et souhaitez réaliser une étude sur-mesure ?

specific@xerfi.fr


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.

< Revenir sur la page d’accueil du blog
AVIS D'EXPERT

Crédit à la consommation : le paiement fractionné gagne du terrain

Publié le 26 Octobre 2021




Après le trou d’air de 2020, quelles sont les perspectives du marché du crédit à la consommation à moyen terme ?

Quelques chiffres suffisent pour prendre la mesure de la situation du marché français du crédit à la consommation l’an dernier. Affecté par la crise sanitaire, la production de nouveaux financements s’est en effet repliée en 2020 de 7,1% et le taux de détention de crédits (24,9%) a atteint un niveau inédit depuis la fin des années 1980. Le décrochage de la consommation des ménages et surtout le plongeon des ventes automobiles, principal débouché du crédit à la consommation, sont à l’évidence passés par là. Mais l’année 2020 aura été une parenthèse vite oubliée. D’après nos estimations, près de 70 milliards d’euros de nouveaux financements auront été accordés en 2021 - un record -  portant les encours à plus de 200 milliards, même si le taux de détention de crédits à la consommation par les ménages est resté dans une fourchette basse (environ 25%). Et les perspectives s’annoncent encourageantes puisque les encours devraient progresser de 4% par an en moyenne d’ici 2024 pour s’établir à près de 227 milliards, selon nos prévisions. D’abord, la demande des ménages reprendra franchement des couleurs dès 2022 avec le rééquilibrage de la répartition des revenus entre épargne et consommation. Ensuite, le marché de l’automobile retrouvera un certain dynamisme, en particulier sur le segment du neuf. L’équipement du logement et l’amélioration de l’habitat, deux autres débouchés très importants, seront également bien orientés. Enfin, l’environnement de taux restera toujours favorable en raison de la politique monétaire toujours très accommodante de la BCE.

 

La transformation du marché est-elle une réalité de plus en plus prégnante?

Bousculés par la crise, les acteurs traditionnels ont accéléré leur transformation. Face à un environnement de taux bas, qui comprime leur marge d’intérêt, et par un risque de défaut accru, les organismes de crédit sont tentés de renouveler leur offre et de s’orienter vers de nouveaux relais de croissance, en particulier le paiement fractionné et plus largement les solutions BNPL ("buy now, pay later"). Une facilité de paiement qui séduit aussi bien les clients plutôt fragiles financièrement pour répondre à des besoins de trésorerie qu’une clientèle plus aisée pour répondre instantanément à un besoin d’achat. Celle-ci s’intègre en outre de manière fluide dans le parcours d’achat et le taux d’acceptation est plutôt élevé. Le paiement fractionné présente également plusieurs avantages pour les commerçants comme par exemple la hausse du panier moyen ou du taux de conversion. Dans ce contexte, le marché tricolore du paiement fractionné devrait exploser pour s’établir autour de 25 milliards d’euros d’ici 2025 (contre environ six milliards en 2019). Cette forte croissance aura bien sûr des conséquences sur le jeu concurrentiel, sachant que tout un écosystème s’est d’ores et déjà développé en France autour du BNPL, composé d’acteurs traditionnels (Oney, Floa, Cetelem, Cofidis) et d’une myriade de nouveaux entrants (Alma, Pledg, Klarna…). D’autres tendances lourdes modifient également la physionomie du marché. Les formules locatives ou d’abonnement gagnent progressivement du terrain sur d’autres segments, comme par exemple celui des véhicules d’occasion, de plus en plus investi par les captives automobiles et les filiales bancaires spécialisées, ou sur celui des produits high tech. Les formules de leasing sur les voitures neuves ont elles franchement décollé sur la période récente. Il est vrai que la LOA et la LLD permettent de générer des revenus récurrents, de fidéliser les clients mais aussi d’enclencher des cercles vertueux créateurs de valeur grâce aux bouquets de services adossés au contrat de financement. A l’inverse, le crédit renouvelable (ou revolving) – longtemps accusé d’accentuer les difficultés financières des consommateurs - ne représentait plus que 10,5% des encours en 2020, soit presque dix points de moins qu’en 2010.

  

Le dynamisme des formules locatives et du paiement fractionné a-t-il déjà un impact ?

La dynamique des formules locatives et des facilités de paiement confirme le succès du financement sur le lieu de vente. Ce nouveau paradigme de la distribution impose aux organismes de crédit de repenser l’élaboration des offres mais aussi des méthodes de commercialisation. Pour simplifier l’accès au crédit, les acteurs actionnent trois principaux leviers. La transformation digitale monte ainsi en puissance avec des fonctionnalités enrichies. Dans ce domaine, les filiales bancaires ont une longueur d’avance, à l’image de BNP Paribas Personal Finance. A la faveur de la directive DPS2 et de l’Open Banking, l’acceptation des dossiers est également bien plus rapide que par le passé. L’assimilation de l’octroi de crédit dans les parcours d’achat est aussi d’actualité. C’est le sens des nombreux partenariats avec les e-commerçants et les marketplaces (comme Cofidis avec Amazon). Mais si la montée en puissance des fintech renforcera les pressions concurrentielles sur le marché du financement de la consommation, les banques resteront aux avant-postes en raison de leur capacité de riposte pour conserver leur emprise sur un marché du crédit à la consommation qu’elles dominent largement avec 90% de parts de marché (via leurs filiales spécialisées et surtout leurs réseaux).

 

logo POUR APPROFONDIR Intensification de la concurrence dans le crédit à la consommation : scénario prospectif 2024

Percée de start-up, nouvelles approches du financement et des parcours client : quelles stratégies face aux profondes mutations du marché ?

Collaborateur de Xerfi depuis 2017 après 4 années passées en audit financier à Paris et au Luxembourg, Aurélien Vernet est aujourd'hui chargé d'études Senior avec une expertise dans les secteurs de l’assurance et de la banque. Aurélien Vernet est titulaire d’un master MSc2 de l’ESSEC Buiness School (Programme Grande École, spécialisation Économie appliquée).



logo POUR APPROFONDIR
Intensification de la concurrence dans le crédit à la consommation : scénario prospectif 2024

Percée de start-up, nouvelles approches du financement et des parcours client : quelles stratégies face aux profondes mutations du marché ?

VIDÉO

3750189
vidéoInformatique quantique : retard à l'allumage en France et en Europe

VIDÉOLes capitaux privés déferlent sur l’informatique quantique : 580 M€ levés en 2020, 900 M€ prévus pour 2021. Plusieurs start-up sont même entrées en bourse aux [...]

29/11/2021

AVIS D'EXPERT

vidéoLe quantique : nouveau graal de l'informatique

AVIS D'EXPERT Rappelons en préambule que l’informatique quantique, qui a connu de sérieuses avancées ces dernières années, est encore une technologie émergente au stade de [...]

22/11/2021

CONJONCTURE

vidéoInflation : vers une décélération des prix en 2022

CONJONCTURELa reflation via la courroie de la hausse des prix des matières premières est devenue une réalité. Si depuis le point bas de juin 2020, les cours des céréales comme des [...]

21/11/2021

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

 

x
Merci pour votre message !

Notre équipe met tout en œuvre pour vous répondre dans les plus brefs délais.

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER
x

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER