DE L'INTELLIGENCE DES DONNÉES À L'EXPERTISE AUGMENTÉE
Service client01 53 21 81 51etudes@xerfi.fr

Formulaire de contactNotre équipe prendra contact avec vous dans les meilleurs délais.

Où nous trouver ?13, rue de Calais 75009 PARIS

Nous écrire concernant

Une étude etudes@xerfi.fr

Les formules d’abonnements abonnement@xerfi.fr

Une prestation sur-mesure specific@xerfi.fr

Une facture ou un deviscompta@xerfi.fr

Un communiqué de pressepresse@xerfi.fr

0Se connecter
FRANÇAIS I ENGLISH

RETOUR ACCUEIL BLOG

L’industrie de l’armement à l’heure de la LPM 2024-2030

AVIS D'EXPERT | Pierre Paturel | Publié le 25 Mai 2023

Industrie



Le gouvernement français a présenté un projet de loi de programmation militaire pour la période 2024-2030, qui prévoit des hausses budgétaires annuelles « sans précédent » pour faire face à la dégradation du contexte géopolitique et aux avancées technologiques coûteuses. Ce projet de loi est examiné à l'Assemblée nationale depuis le 22 mai. Le gouvernement espère une adoption définitive de la loi d'ici mi-juillet.

 

La France devrait adopter une loi de programmation militaire (LPM) planifiant 413 milliards d’euros de dépenses sur 2024-2030, contre 300 milliards pour la LPM précédente. Alors que le sujet des armées à l’Assemblée peut se vanter d’être transpartisan, de nombreuses discussions sont en cours concernant des espacements de livraisons et des reports de programmes à propos des forces conventionnelles. En cause, l’impact de l’inflation et la priorité accordée à d’autres matériels (aérospatial et nucléaire notamment), à la reconstitution des stocks et à la cybersécurité.

 

Quelle réalité pour « l’économie de guerre » ?

La guerre en Ukraine a mis en lumière certaines faiblesses de l’armée française. Souvent vantée comme un modèle d’armée complète, elle est apparue comme une armée embryonnaire, taillée au plus juste pour ses missions : la défense du territoire national (besoin limité en armes conventionnelles compte tenu de l’absence d’armée ennemie aux frontières) et les expéditions dans le cadre d’interventions asymétriques. Il en va de même pour l’industrie de l’armement nationale, axée sur la R&D, avec une production de matériels très technologiques mais à un rythme minimum et avec une politique de zéro stock.

Face aux demandes de matériels de la part de l’Ukraine, la France a pu fournir quelques vieux équipements (missiles Milan, VAB, etc.) et des engins modernes, mais en très faible quantité. Et l’industrie n’est pas capable d’accroître rapidement ses cadences de production. Pour faire face aux besoins du nouveau contexte géopolitique, le chef de l’État a appelé en juin 2022 à la mise en place d’une « économie de guerre » pour les industriels de l’armement. En résumé, le gouvernement souhaite que les fabricants, en particulier de matériels, soient en capacité d’augmenter fortement leur production, de réduire les goulots d’étranglement potentiels dans leur chaîne d’approvisionnement (avec le recours accru au double sourcing par exemple).

Des groupes de travail rassemblant industriels et représentants de l’État ont mené d’importantes réflexions concernant plusieurs éléments clés de « l’économie de guerre » :

  • la réduction des temps de production (par exemple la production d’un canon Caesar doit passer de 24 à 12 mois) ;
  • la reconstitution des stocks de pièces pour regagner en flexibilité ;
  • la simplification de l’expression des besoins (matériels moins complexes) et des procédures administratives (réduire de 20% les exigences réglementaires concernant les nouveaux programmes) ;
  • la relocalisation de certains matériels ou pièces jugés stratégiques et potentiellement en tension en cas de crise majeure ainsi que la réduction de certaines dépendances (l’industrie européenne des explosifs militaires accuse ainsi de forts retards de livraison de linters de coton, achetés jusqu’ici uniquement à des entreprises chinoises).

L’effort initial de remontée en puissance doit se concentrer en particulier sur douze matériels prioritaires, essentiellement des armements terrestres dont les canons autotractés Caesar et leurs munitions de 155 mm, les obus de 40 mm des chars légers Jaguar, etc. De nouveaux mécanismes devraient être mis en place, comme des commandes globales sur longue période, l’octroi de lettres d’engagement pour réduire les délais de commande ou encore un dispositif permettant de donner la priorité aux commandes militaires auprès des sous-traitants.

 

POUR APPROFONDIR LE SUJET
L'industrie de défense en France et dans le monde

Nouvelles opportunités de marché d’ici 2028, cartographie de la concurrence et stratégies des industriels

Recevez par email toute l’actualité liée au secteur :

Industrie
S’INSCRIRES’INSCRIRE

Vous souhaitez personnaliser votre inscription ? Créez un compte Xerfi

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d'information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Collaborateur de Xerfi depuis plus de 10 ans et aujourd'hui directeur d'études, Pierre Paturel est expert énergie et environnement et spécialiste de l'automobile. Il intervient également dans la rédaction de la note Xerfi Prévisis. Pierre Paturel est titulaire d’un master en intelligence économique de l’Université Lyon III.

Les études de son équipeLes études de son équipe

À lire aussi

INFORMATION

x

L’étude Prévisis vous a été transmise par courriel. Cliquez sur le lien disponible dans cet email pour accéder gratuitement à la parution du mois.

L’ÉTUDE A ÉTÉ AJOUTÉE A VOTRE PANIER

VOUS REPRENDREZ BIEN UN COOKIE ?

Le groupe XERFI utilise et stocke des informations non sensibles obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés. Nous souhaitons ainsi nous assurer que nous fournissons l’expérience la plus informative pour nos visiteurs.

Les données stockées par XERFI ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER REFUSER

PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER