DE L'INTELLIGENCE DES DONNÉES À L'EXPERTISE AUGMENTÉE
FRANÇAIS I ENGLISH
0Se connecter

RETOUR ACCUEIL BLOG

La chimie du végétal au défi du passage à l’échelle industrielle

AVIS D'EXPERT | Alexandre Boulegue | Publié le 27 Septembre 2021

IndustrieEnergie et environnement



Comment s’annoncent les perspectives pour la chimie du végétal en France ?

Lentement mais sûrement, la filière française de la chimie du végétal, qui pèse plus de 7,5 milliards d’euros, gagne du terrain sur la pétrochimie. Son poids dans le chiffre d’affaires de l’industrie chimique tricolore montera ainsi à 14,6% en 2025 (un peu plus de 13% en 2020), selon nos prévisions. L’activité des spécialistes de la chimie du végétal de notre panel augmentera certes moins vite que par le passé (4% par an d’ici 2025 contre près de 7% entre 2013 et 2020) mais elle restera plus dynamique que l’ensemble du secteur de la chimie. Pour expliquer cette tendance, citons en premier lieu la mutation de la demande des marchés clients (santé-beauté, détergence, peintures , etc.) vers des produits « naturels », qui cherchent à répondre au besoin de naturalité des consommateurs finaux, à se conformer à l’évolution de la réglementation, incitant de plus en plus au respect de l’homme et de l’environnement, ou encore à appuyer leurs stratégies RSE (ou le simple verdissement de leurs marques). En outre, l’augmentation des capacités de production dans le secteur de la chimie du végétal, avec en particulier le passage au cap industriel de start-ups, va aussi soutenir l’activité. Sans oublier les efforts croissants de R&D des acteurs pour concevoir des solutions plus performantes et ainsi conquérir de nouveaux clients, à l’image de Solvay avec sa solution de vanilline naturelle, certes plus coûteuse que celle à base de pétrole mais d’une intensité aromatique plus puissante, et donc économiquement compétitive. Pour autant, la prise de parts de marché de la chimie du végétal à la pétrochimie sera lente dans la mesure où le changement  des modes d’approvisionnement reste conditionné à l’évolution de l’outil de production des entreprises clientes.

 

Comment la filière peut-elle rivaliser avec la pétrochimie?

Pour se poser en alternative crédible à la pétrochimie, la filière française de la chimie du végétal doit s’émanciper de la concurrence par les prix. Cela peut notamment passer par la réduction de l’empreinte écologique de leurs produits ou encore le développement de molécules sans équivalent pétrosourcé. La réduction des coûts de production reste malgré tout un enjeu majeur, notamment en améliorant les procédés existants ou en atteignant une taille critique. Pour les spécialistes, se doter d’une stratégie de communication pour faire connaître leurs produits et bien sûr être en mesure de financer leur développement sont aussi impératifs. Par ailleurs, le pays ne manque pas d’atouts pour permettre à la filière de se développer. Je pense en particulier à l’abondance de matières premières entrant dans la fabrication de produits biosourcés (algues, forêts, ressources agricoles) ou encore à la vitalité de la recherche tricolore en biotechnologie. Sans oublier le soutien important des pouvoirs publics, au niveau national mais également européen (le BBI-JU par exemple), pour développer les technologies du végétal. Le contexte actuel de la crise, qui a révélé la vulnérabilité des chaînes de production européennes et les risques que faisait peser la dépendance à l’approvisionnement étranger sur la France, a en outre stimulé le développement de politiques allant dans le sens de l’autonomisation en matière première du pays comme en témoigne le volet « relocalisation » du Plan de relance, pour lequel des spécialistes de la chimie du végétal ont été sélectionnés.

 

Le jeu concurrentiel peut-il évoluer à plus ou moins long terme?

La filière regroupe plus de 300 sites industriels et laboratoires en France appartenant à des catégories d’acteurs variées. En amont, des agro-industriels comme Tereos, Roquette, ADM ou Cargill exploitent des bioraffineries où sont élaborés des produits amylacés (amidon, glucose, polyol…). En aval, des géants de la chimie élaborent des produits chimiques biosourcés à l’image d’Arkema avec sa gamme Rilsan de polyamides à partir d’huile de ricin. Le tissu tricolore compte également des spécialistes de la chimie du végétal, à l’instar de DRT, le leader mondial des résines terpéniques. Sur le créneau de la chimie bleue (à base d’algues), Olmix, Greentech et JRS Marine Products Landerneau arrivent en pole position. Le passage des jeunes pousses (majoritairement positionnées au stade de la R&D) à la phase industrielle pourrait changer la donne à terme, même si les évolutions seront longues tant les grands groupes installés poursuivent leurs emplettes et leur déploiement à l’international pour conserver leur rang. Des sociétés de biotechnologies comme METabolic EXplorer viennent en particulier de passer ce cap.

POUR APPROFONDIR LE SUJET
Le marché de la chimie biosourcée

Flambée des prix des matières végétales, besoin de financement, problèmes d’approvisionnement et de compétitivité : quelles perspectives d’ici 2026 ?

Recevez par email toute l’actualité liée au secteur :

Industrie
S’INSCRIRES’INSCRIRE

Vous souhaitez personnaliser votre inscription ? Créez un compte Xerfi

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d'information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Alexandre Boulègue est directeur du bureau d’études Xerfi Intelligence Stratégique, qui produit chaque année plus de 1000 études sur la conjoncture et les performances des entreprises de l’ensemble des secteurs de l’économie française. Il est également rédacteur en chef de la lettre d’information mensuelle sur la conjoncture Xerfi Prévisis.

Les études de son équipeLes études de son équipe

À lire aussi

INFORMATION

x

L’étude Xerfi Previsis vous a été transmise par courriel. Cliquez sur le lien disponible dans cet email pour accéder gratuitement à la parution du mois.

L’ÉTUDE A ÉTÉ AJOUTÉE A VOTRE PANIER

POURQUOI UN COOKIE ?Continuer sans accepter >

Le groupe XERFI utilise et stocke des informations non sensibles obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés. Nous souhaitons ainsi nous assurer que nous fournissons l’expérience la plus informative pour nos visiteurs.

Les données stockées par XERFI ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER

PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER