PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeImmobilier - constructionInnovations - technologiesServices aux entreprisesServices aux ménages - santé - loisirsAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0
0
Connexion

DERNIÈRES ÉTUDES DE MARCHÉ

RESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.

< Revenir sur la page d’accueil du blog
AVIS D'EXPERT

Les courses en ligne se généralisent, mais à quel prix?

Publié le 10 Janvier 2022




E-commerce alimentaire: un marché de 13 Md€ largement dominé par les GSA

Dire que la crise a donné un véritable coup d’accélérateur à l’e-commerce alimentaire est un doux euphémisme. En 2020, les seules ventes en ligne des GMS ont ainsi bondi de 40% en France. Et si les clients recrutés pendant les confinements ne sont pas tous restés fidèles, son potentiel de développement est réel. Les achats alimentaires en ligne devraient ainsi gagner plus de deux points par rapport à la période d’avant-crise pour représenter 10,5% des ventes de PGC et FLS (produits de grande consommation et frais libre-service) en 2023. Les innovations de services (bio sur abonnement, kits de repas prêts à cuisiner, quick commerce…) et l’inflation des dispositifs (drives en périphérie, drives piétons, livraison ultra-rapide…) expliquent en grande partie le dynamisme du e-commerce alimentaire. Tous circuits confondus, les courses alimentaires en ligne représentent désormais 13 milliards d’euros dont 85% entre les mains de la grande distribution. Malgré leur poids prépondérant, les géants de la grande distribution doivent composer avec de nouveaux agitateurs qui ont levé pas moins de 3 milliards d’euros en 2021, à l’image des start-up de la livraison sur tournée (Picnic, Cagette et Paprika) ou de la livraison rapide depuis des dark stores (Cajoo, Djia, Flink, Getir…) mais aussi de l’Italien Everli ou encore de l’Américain Amazon. Malgré l’accélération des stratégies e-commerce, l’équation de la rentabilité de la livraison reste toujours difficile à résoudre entre des coûts élevés et une faible propension des consommateurs à payer ce service. A cet égard, l’orientation BtoB des business models semble incontournable. Sans oublier l’inévitable mouvement de consolidation déjà à l’œuvre sur des marchés où les stratégies de volumes priment.

Si certaines enseignes alimentaires (Lidl, Aldi ou encore Grand Frais par exemple) ne sont pas encore présentes dans le e-commerce alimentaire, la pratique de la vente en ligne se déploie petit à petit chez les producteurs agricoles et les petits commerces de bouche. C’est d’autant plus vrai que la crise a favorisé le développement des plateformes locales dans lesquelles le groupe La Poste s’est notamment engouffré. Les transformateurs sont également encore peu impliqués alors que le potentiel est réel chez les groupes coopératifs agricoles (comme InVivo et Cooperl), engagés dans des stratégies d’intégration de l’aval de la filière.

Particularité française, le e-commerce alimentaire est dominé par le drive voiture, qui représente plus de 90% des ventes en ligne. L’essentiel de son potentiel de croissance réside donc dans le développement du drive piéton en centre-ville et de la livraison à domicile. Et malgré le poids des GMS, celui des autres circuits estimé à 2 milliards d’euros va continuer à progresser sous l’influence entre autres des enseignes traditionnelles bio et multifrais mais aussi des acteurs du web en général et ceux du quick service en particulier.

 

La grande distribution sur tous les fronts

La crise sanitaire et l’emballement du jeu concurrentiel ont provoqué un électrochoc et un sursaut chez les acteurs de la grande distribution alimentaire. Désormais, la bataille se livre sur le terrain du drive piéton, en particulier entre E.Leclerc et Auchan. Le quick commerce est également un terrain d’affrontement, notamment entre Carrefour et Casino, les champions de la proximité urbaine. La livraison sous tous ses aspects, grâce aux partenariats, est aussi une voie explorée. A ce titre, le groupe Casino et ses enseignes sont devenus le bras armé d’Amazon dans la livraison express de produits alimentaires. Enfin, Intermarché et Système U visent, eux, le plein potentiel digital de leurs réseaux à brève échéance (dispositifs click & collect dans leurs magasins mais aussi services de livraison). 

La structure du marché par circuit ne va pas fondamentalement changer à moyen terme. Leader, E.Leclerc conservera sa longueur d’avance même si ses concurrents, notamment Carrefour, investissent sur tous les fronts du e-commerce alimentaire. Les pure players spécialisés dans l’alimentaire vont continuer de se démarquer en raison de leur forte capacité d’innovation sur des segments, voire des niches comme le bio sur abonnement. Ils constituent des proies potentielles pour les acteurs de la grande distribution qui procèdent par croissance externe. Si les pressions concurrentielles s’accentuent, elles changent toutefois de nature. Sous l’effet du processus de plateformisation, des logiques de rapprochement prennent peu à peu le pas sur les rapports purement concurrentiels.

 

La quête de rentabilité toujours d’actualité

Alors que les stratégies e-commerce se développent à vitesse grand V, les acteurs cherchent la parade pour résoudre l’épineux sujet de la rentabilité de la livraison. Dans ce contexte, l’orientation BtoB des business models semble incontournable. Peu gourmand en capitaux, le modèle de la marketplace se généralise. Celle-ci est en effet un bon moyen pour les distributeurs de construire une offre pléthorique rapidement et ainsi couvrir tous les besoins des consommateurs. Il s’agit en quelque sorte de jouer le rôle – démultiplié – de l’hypermarché en perte de vitesse. Reste un doute sur le timing d’une telle stratégie.

Le data sharing offre également de nouvelles perspectives. Le flux croissant de données transactionnelles et de navigation des consommateurs omnicanaux collecté par les distributeurs constitue une mine d’or à monétiser auprès des marques. Quant à la logistique, elle pourrait bien demain devenir le troisième volet d’une orientation BtoB. La préparation de commandes dans des entrepôts mutualisés et automatisés prend peu à peu le pas sur le store picking. Cela constitue un atout dans le développement d’une stratégie de marketplace et de conquête de vendeurs tiers.

logo POUR APPROFONDIR Les nouveaux business models du e-commerce alimentaire

Quick commerce, drives piéton, plateformes, marketplaces : quelles opportunités pour la grande distribution ?

Collaboratrice de Xerfi depuis 1998 et directeur d'études depuis 2005, Delphine David est experte sur les sujets liés à la distribution et au e-commerce. Elle est titulaire d’un master en économie et politique de l’énergie de l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaire CEA qui dépend de l’Université Paris X-Nanterre.




logo POUR APPROFONDIR
Les nouveaux business models du e-commerce alimentaire

Quick commerce, drives piéton, plateformes, marketplaces : quelles opportunités pour la grande distribution ?

AVIS D'EXPERT

vidéoLe marché des boissons au CBD en plein essor

AVIS D'EXPERTEncore très largement méconnu il y a seulement quelques années, le CBD s’impose comme un véritable phénomène de mode en France et en particulier auprès des jeunes. [...]

05/12/2022

ACTU

vidéoMarché des cantines scolaires : pressions inédites sur les prix

ACTUL’inflation laisse chaque jour qui passe un goût plus amer aux professionnels de la restauration collective en général et aux fournisseurs des cantines scolaires en [...]

28/11/2022

ACTU

vidéoUn pas de plus vers l'autorisation de la viande cellulaire aux Etats-Unis

ACTUAppelée à évaluer les données fournies par la start-up Upside Foods spécialisée dans la culture de cellules animales pour fabriquer de la viande de poulet, la Food and Drug [...]

28/11/2022

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

 

x
Merci pour votre message !

Notre équipe met tout en œuvre pour vous répondre dans les plus brefs délais.

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER
x

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER