PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.
< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

Les banques nouvelle génération ne veulent plus jouer les seconds couteaux

Publié le 28 Juin 2021




Quelle est la situation des banques digitales dans l’Hexagone?

Leur succès commercial ne se dément pas. Fin 2020, les 40 banques digitales (banques en ligne, banques mobile first et néobanques) recensées par nos soins avaient séduit plus de 16 millions d’utilisateurs en France (contre 4 millions de clients en 2014). Cette dynamique est liée aux stratégies d’acquisition clients offensives des acteurs (prime de bienvenue, offres promotionnelles, tarifs attractifs, etc.) mais aussi au développement du switching (passage d’une banque à une autre) et surtout de la multibancarisation. Tout l’enjeu pour ces banques digitales désormais est de devenir la banque principale de leurs clients. Dit autrement, les banques nouvelle génération ne veulent plus jouer les seconds couteaux alors que les coûts d’acquisition d’un client sont élevés (environ 200 à 300 euros en moyenne) au regard des revenus générés (100 à 200 euros de produit net bancaire par an). Si les banques en ligne concentrent encore plus de la moitié des clients ayant opté pour les services bancaires online, elles seront vite rattrapées par les néobanques dont la croissance est plus rapide. Les revenus des banques digitales ont faiblement progressé en 2020. L’indicateur Xerfi basé sur les revenus de sept acteurs a représenté un produit net bancaire de 594 millions d’euros en 2020 (soit une hausse de 1% sur un an). Les perspectives des banques digitales sont bien orientées. À l’horizon 2023, elles auront franchi la barre des 20 millions d’utilisateurs. De nouveaux entrants sont par ailleurs attendus. Un défi de taille attend cependant les banques digitales : celui de la rentabilité. La très grande majorité d’entre elles n’ont pas encore atteint l’équilibre (coûts élevés au regard des revenus par client générés).

 

Comment alors peuvent-elles opérer le passage de la croissance à la rentabilité ?

A l’exception d’une poignée de banques en ligne (Fortuneo) et de néobanques (Nickel, Revolut), la grande majorité des banques digitales, lancées en France voilà moins de cinq ans, ne sont pas encore rentables, y compris des acteurs comme la néobanque N26 déjà valorisés plusieurs milliards d’euros. La perte nette cumulée de sept banques digitales a ainsi dépassé 300 millions d’euros en 2020, selon nos estimations. Cette difficulté à atteindre l’équilibre financier demeure leur principal point faible. C’est bien ce qu’illustrent les augmentations de capital de BforBank ou encore la récente recapitalisation d’Orange Bank. Ces banques challenger sont de fait confrontées à des coûts croissants alors que les marges par client restent modestes, entre autres en raison de l’offre de services gratuits ou de taux d’intérêt des comptes d’épargne supérieurs au marché. Faute de rentabilité et suite aux effets de la pandémie sur l’économie, les investisseurs encouragent désormais les néobanques à privilégier la rentabilité à la croissance. Cela passe par un repositionnement de l’offre, à commencer par le développement de produits et services plus rentables (activités d’investissement et de crédit, ciblage des PME, fourniture de services à d’autres fintech). La révision des stratégies prix (facturation de frais pour des services auparavant gratuits), à l’image de Monzo ou Starling, est également un levier actionné par les acteurs. La réduction des coûts et la restructuration des stratégies d’expansion à l’international (comme par exemple Axa Banque en Belgique) font aussi partie de la panoplie de solutions à leur disposition.

  

Dans l’état actuel du jeu concurrentiel, faut-il s’attendre à des regroupements ?

Dans un contexte où les banques digitales peinent déjà à rentabiliser leur modèle, force est de constater que, malgré des stratégies de spécialisation, les offres convergent de plus en plus, en particulier dans la banque en ligne. Cette progressive homogénéisation est susceptible de durcir le jeu concurrentiel. Dans le même temps, les acteurs les plus fragiles sont condamnés à disparaître. A titre d’exemple, C-Zam a fermé ses portes l’été dernier après avoir séduit 120 000 clients seulement alors que son promoteur, Carrefour, ambitionnait d’attirer deux millions d’utilisateurs en cinq ans. Sans oublier que depuis 2015, le paysage concurrentiel s’est considérablement enrichi. Pas moins de six nouvelles néobanques ont ainsi été créées en 2020 et la tendance devrait persister cette année. Bien souvent, ces nouveaux entrants privilégient une niche comme par exemple le « teen banking », très en vogue grâce au développement de nouvelles offres pour les adolescents. Dans ces conditions, le déploiement sans précédent d’offres bancaires digitales innovantes devrait entraîner une intensification de la concurrence et conduire à terme à une importante vague de consolidation.

 

logo POUR APPROFONDIR
Les stratégies des banques digitales pour concilier attractivité et rentabilité

Business model et leviers de conquête pour une croissance rentable à l’horizon 2023

Collaborateur de Xerfi depuis 2017 après 4 années passées en audit financier à Paris et au Luxembourg, Aurélien Vernet est aujourd'hui chargé d'études Senior avec une expertise dans les secteurs de l’assurance et de la banque. Aurélien Vernet est titulaire d’un master MSc2 de l’ESSEC Buiness School (Programme Grande École, spécialisation Économie appliquée).



logo POUR APPROFONDIR
Les stratégies des banques digitales pour concilier attractivité et rentabilité

Business model et leviers de conquête pour une croissance rentable à l’horizon 2023

AVIS D'EXPERT

vidéoAssurance : le marché des TPE représente une manne sous-exploitée

AVIS D'EXPERT Malgré la polémique sur la non prise en charge par les acteurs de l’assurance des pertes d’exploitation des restaurateurs, l’enquête de Xerfi Spécific montre que les [...]

26/07/2021

AVIS D'EXPERT

vidéoDes perspectives favorables pour l'écosystème des AssurTech

AVIS D'EXPERT L’écosystème porté par les quelques 200 AssurTech françaises a globalement résisté dans un contexte de crise sans équivalent. Pour les modèles les plus prometteurs, il [...]

19/07/2021

CONJONCTURE

vidéoLe rebond du climat des affaires se confirme dans les services

CONJONCTUREAprès un bond de 15 points en mai, le climat des affaires dans les services a de nouveau progressé nettement en juin (+6 points). À 113, l’indicateur se situe désormais [...]

05/07/2021

Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER