PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

Le virage environnemental du BTP relégué au second plan

Trois questions à Vincent Desruelles

Publié le 30 Septembre 2020
D’après l’étude L'économie circulaire dans le BTP à l'heure de la crise

Quel sera l’effet de la crise du Covid-19 sur l’activité des gestionnaires de déchets du BTP ?

L’arrêt des chantiers pendant la période de confinement et la mise en place des gestes barrières et des mesures de distanciation physique ensuite ont pesé sur l’ensemble de l’écosystème de l’économie circulaire du BTP, fournisseurs de matériaux et gestionnaires de déchets compris. D’après notre scoring exclusif, la meilleure capacité de résistance à la crise revient aux fournisseurs de matériaux, suivis des entreprises de BTP, les gestionnaires de déchets fermant le ban. Conséquence de la baisse d’activité dans la construction, les volumes de déchets réutilisés et recyclés vont se contracter sensiblement en 2020 avant d’opérer une remontée synchrone avec la lente reprise de l’activité du BTP. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires des gestionnaires de déchets du BTP va décrocher de 12%, selon notre scénario. Et momentanément, c’est tout l’écosystème qui va subir de plein fouet la réduction du gisement à disposition et la baisse de la demande de matières recyclées. Nous anticipons d’ailleurs une sinistralité importante en sortie de crise. Remarquons également que, contrairement aux effets recherchés par le cadre réglementaire en vigueur, le faible coût du stockage pourrait contribuer à en faire une solution privilégiée à court terme par les opérateurs pour réduire leurs dépenses, en hausse en raison des mesures sanitaires.

 

Le tournant environnemental n’est donc plus prioritaire ?

Le coup d’arrêt dans l’activité du BTP, imposé par le confinement, et le lent redémarrage attendu dans le secteur vont de fait peser sur la production de déchets de chantier. En parallèle, l’entrée en vigueur de la RE 2020 a été reportée à l’été 2021 pour ne pas pénaliser un secteur très fragilisé. Dans un contexte de fragilité financière, la réduction des coûts est désormais une priorité stratégique. Cela signifie que les dépenses pour la gestion des déchets de chantier seront temporairement très affectées. Autrement dit, le virage environnemental des opérateurs risque d’être relégué au second plan pour encore plusieurs mois, même si la construction modulaire ou la déconstruction sélective pourraient déjà permettre de concilier réduction des coûts et de l’empreinte carbone. A moyen terme, les entreprises de BTP seront néanmoins obligées de se conformer aux échéances réglementaires. Les préoccupations environnementales croissantes favorisent un durcissement réglementaire de nature à soutenir la mise en place d’initiatives en faveur de l’économie circulaire au sein de la filière du BTP.

 

Quelles sont les (ré)orientations stratégiques possibles pour la filière ?

Pour à la fois réduire les coûts et atteindre l’excellence environnementale, l’industrialisation de la construction « verte » constitue bien sûr un impératif. A plus long terme, alléger la facture carbone de la construction aura aussi une incidence positive sur les coûts des chantiers. La RE2020 va, de toute façon, contraindre les opérateurs de la filière à recourir davantage à des matériaux plus respectueux de l’environnement. Déjà, les fournisseurs de matériaux (comme par exemple Hirsch Isolation) s’efforcent de verdir leurs gammes en prévision de l’entrée en vigueur des nouvelles normes réglementaires et de la hausse induite de la demande pour les matériaux écoresponsables. Pour diversifier leurs sources de revenus, les gestionnaires de déchets multiplient eux les partenariats avec les entreprises de BTP et producteurs de matériaux, sans négliger de développer des offres dédiées aux déchets de chantier. Audelà, la transformation digitale, qui modifie les pratiques en renforçant la collaboration entre les acteurs, va s’accélérer. L’émergence de plateformes collaboratives (Ecodrop, Resolving…) soutient l’amélioration des diagnostics déchets et ressources et permet d’accroître les gisements collectés et le taux de valorisation des déchets de chantiers. La transformation digitale à l’œuvre amène par ailleurs de nouveaux besoins de compétences (BIM manager par exemple). De quoi réduire la pénibilité au travail et ainsi améliorer l’image et l’attractivité de la filière.

Collaborateur de Xerfi depuis 2007 et aujourd'hui directeur d'études, Vincent Desruelles est expert dans les domaines de l’immobilier, du bâtiment et des services. Il est titulaire d’un master en expertise économique du développement à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.


EN SAVOIR PLUS SUR CE SUJET AVEC L’ÉTUDE XERFI PRECEPTA

L'économie circulaire dans le BTP à l'heure de la crise Quels impacts de la crise sur la filière et les stratégies des acteurs ?
01/07/2020 | 312 pages - réf : XR / 20SCO15 1800€



Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +