PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
PRÉVISIONS SECTORIELLES

Le gel des transactions précipite la chute de la filière immobilière

Découvrez les prévisions de Xerfi

Publié le 07 Décembre 2020

Le chiffre d’affaires de l’ensemble des activités immobilières bénéficie en temps normal de forces stabilisatrices liées à la récurrence des revenus locatifs, le rythme de croissance étant corrélé à l’évolution du marché de l’immobilier ancien, par nature plus volatil. Ce schéma a cependant été bouleversé par la crise de la Covid-19. Dans le résidentiel, l’activité des administrateurs de biens a par exemple été pénalisée par le report des AG et des travaux, entraînant un manque à gagner en matière d’honoraires. En dépit d’un redressement en juin-juillet, les revenus des agences immobilières et agents commerciaux indépendants ont été défavorablement impactés par la baisse des transactions de logements (-12% sur l’année), aggravée par le 2e confinement. Enfin, dans le tertiaire, outre des annulations et suspensions de loyers, le gel des transactions (prises à bail, investissement) a fortement pénalisé les revenus des prestataires de services. Ces éléments ont entraîné une chute inédite du chiffre d’affaires (-8% en valeur).

Notre scénario table sur une récupération incomplète en 2021. Dans le logement, les revenus locatifs seront pénalisés par une faible mobilité tandis que le volume de transactions devrait de nouveau se dégrader sous l’effet d’un contexte macroéconomique morose (tensions sur emploi et le pouvoir d’achat) et d’un accès au crédit moins favorable. Toutefois, les honoraires dans l’administration de biens seront mieux orientés en raison du lancement effectif des travaux dans les copropriétés après le coup d’arrêt de 2020. Dans le tertiaire, le rattrapage sera aussi entravé par la faiblesse des mouvements d’entreprises qui vont privilégier l’exploitation des surfaces de bureaux existantes (quitte à les réaménager), ce qui va réduire l’activité des intermédiaires. La hausse de la vacance dans les bureaux et commerces, conjuguée à des pressions sur les valeurs locatives, pénalisera les revenus des investisseurs. Toutefois, certains segments échapperont à la morosité, comme la logistique ou la santé.

 



Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +