DE L'INTELLIGENCE DES DONNÉES À L'EXPERTISE AUGMENTÉE
FRANÇAIS I ENGLISH
0Se connecter

RETOUR ACCUEIL BLOG

La France championne d'Europe de la finance durable

AVIS D'EXPERT | Sabine Grafe | Publié le 14 Mars 2022

Banque et financeEnergie et environnement



Pourquoi le phénomène de la finance durable prend-il de l’ampleur en France ?

Rappelons en préambule que la finance durable recouvre les segments de l’investissement responsable (IR), la finance solidaire et la finance verte. Née en France dans les années 1980, elle a véritablement décollé depuis peu. Si la crise de 2007/2008 avait posé les premiers jalons pour une finance plus responsable, celle née de la pandémie a exacerbé cette prise de conscience. Le marché de la finance durable représente désormais près de 43% des encours de l’industrie de la gestion d’actifs, hissant l’Hexagone au rang de leader en Europe. Parmi les différents moteurs, citons l’inflation réglementaire sans précédent (article 29 de la loi Energie climat, loi Pacte, doctrine AMF en France ; règlements Taxonomie et SFDR, directives MIF et DDA ou encore prochaine directive CRSD sur le plan européen) qui favorise l’émergence de bonnes pratiques, les normalise et assure les conditions de la confiance. La loi Pacte a ainsi joué à plein. La finance durable se diffuse en effet auprès des particuliers principalement via l’assurance vie. Précisons également que si les pouvoirs publics jouent un rôle d’impulsion, les acteurs privés ont pris le relais, au sein de l’initiative Finance for Tomorrow en France. Le marché est aussi tiré par un formidable effet d’offre. La labellisation et le développement des gammes de fonds responsables/durables se poursuivent ainsi à un rythme soutenu. Moteur historique du marché, les investisseurs institutionnels sont passés à la vitesse supérieure et accroissent leurs allocations en faveur de la finance durable. Contraints depuis déjà plusieurs années, ils sont de plus en plus nombreux à intégrer les critères ESG (environnement, social et gouvernance) dans leurs politiques d’investissement. Exprimant des attentes et des exigences toujours plus fortes dans le cadre de leurs appels d’offres, ils poussent les gérants à avancer. Quant à la clientèle retail, elle devrait peu à peu se convertir pour prendre le relais. C’est d’autant plus vrai qu’elle a accumulé pendant la pandémie un surplus d’épargne exceptionnel. Certes, les attentes sont réelles et l’intérêt croissant mais ils ne se sont pas concrétisés par un fort taux de souscription de produits de placements responsables/durables. La période qui s’ouvre s’annonce encore favorable. Les éléments en faveur de son développement ne manquent pas, à commencer par un cadre réglementaire qui incite gérants, institutionnels et intermédiaires à aller plus loin, et lèvera peu à peu certains des verrous qui entravent aujourd’hui une plus large diffusion de la finance durable.

 

Quelles structures animent plus particulièrement le marché ?

Les gérants d’actifs sont au cœur de l’écosystème de l’investissement durable. Particulièrement nombreux (plus de 700 en octobre 2021), ils sont toutefois encore loin d’avoir tous investi le marché de la finance durable. Le marché est porté par les plus grands des acteurs, filiales de banques ou d’assureurs, là où les nombreuses sociétés de type entrepreneurial sont restées à la traîne. Une majorité d’entre elles sont en effet peu ou pas impliquées. Au-delà, établir un classement des acteurs dans la finance durable s’avère un exercice difficile en raison de la diversité des approches privilégiées, des critères retenus et des stratégies adoptées par les uns et les autres. La clientèle institutionnelle, segment le plus important, reste très disputé et concentré. Sur celui du retail, qui cristallise aujourd’hui les enjeux, la compétition va se jouer sur le terrain. Et l’avantage ira aux groupes dotés de réseaux de distribution d’envergure, qui leur confèrent des positions confortables sur les différents marchés de l’épargne. Egalement parties prenantes de l’écosystème de la finance durable, les prestataires de services extra-financiers sont montés en puissance ces dernières années. Amundi, par exemple, affirme ainsi recourir à une dizaine de fournisseurs de données pour alimenter ses outils et méthodologies propriétaires. Et la consolidation de ces acteurs, sous l’impulsion de groupes anglo-saxons, se traduit par un rapport de forces déséquilibré au détriment des gérants. Cette mainmise d’opérateurs anglo-saxons sur le secteur pose des questions de souveraineté et de vision de l’ESG à plus long terme. Dans le cadre de la directive CSRD, la perspective d’une mise à disposition des données gratuitement, depuis un point d’accès unique, permettrait en partie de réduire la dépendance vis-à-vis des fournisseurs de services extra-financiers.

Les initiatives sont-elles à la hauteur des défis à relever ?

La croissance exponentielle de la finance durable n’est en effet pas exempte de défis, à commencer par la nécessité de clarifier et simplifier les discours, de les rendre plus lisibles, de jouer la carte de la transparence. Les efforts de normalisation n’ont pas ainsi porté tous leurs fruits comme l’illustre la faible lisibilité de l’offre. Le modeste engagement des conseillers bancaires et financiers est également un défi à relever pour séduire la clientèle retail. Par ailleurs, les labels, souvent méconnus et trop nombreux (plus d’une dizaine en Europe dont quatre en France comme le label ISR), nuisent à leur clarté. Enfin, la qualité des données extra-financières est un problème majeur et qui ne sera pas résolu rapidement, faute de standards harmonisés. Face à cette situation, les gérants d’actifs ne restent pas inactifs. La labellisation des fonds éligibles, principalement ISR qui a les préférences de la profession, s’est accélérée. Sur le segment retail, la loi Pacte - qui impose un quota minimum d’unités de compte labellisés dans les contrats multisupports d’assurance vie – leur a donné un sérieux coup de pouce. Ils concentrent leurs efforts sur la mobilisation et l’accompagnement de conseillers clients sur ce marché des particuliers. Les gérants élargissent également le périmètre des classes d’actifs passés au filtre de la finance durable, notamment en direction du non coté. La profession explore aussi de nouvelles thématiques comme le volet social. Certains acteurs ont enfin adopté le statut d’entreprise à mission. Un signal fort envoyé au marché comme aux collaborateurs et parties prenantes.

 

POUR APPROFONDIR LE SUJET
Le marché de la finance durable

Les leviers d'action pour transformer les défis en opportunités d'investissements éco-responsables

Recevez par email toute l’actualité liée au secteur :

Banque et finance
S’INSCRIRES’INSCRIRE

Vous souhaitez personnaliser votre inscription ? Créez un compte Xerfi

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d'information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Collaboratrice de Xerfi depuis 1994, Sabine Gräfe est Directrice d'études et experte dans les secteurs Assurance-Banque-Finance. Elle est titulaire d’un master de l’Université Paris X-Nanterre en monnaie et finance.

Les études de son équipeLes études de son équipe

À lire aussi

INFORMATION

x

L’étude Xerfi Previsis vous a été transmise par courriel. Cliquez sur le lien disponible dans cet email pour accéder gratuitement à la parution du mois.

L’ÉTUDE A ÉTÉ AJOUTÉE A VOTRE PANIER

POURQUOI UN COOKIE ?Continuer sans accepter >

Le groupe XERFI utilise et stocke des informations non sensibles obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés. Nous souhaitons ainsi nous assurer que nous fournissons l’expérience la plus informative pour nos visiteurs.

Les données stockées par XERFI ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER

PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER