PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

L'e-sport : un nouvel espace publicitaire pour les annonceurs

Décryptage

Publié le 16 Décembre 2020
D’après l’étude La structuration du marché de l'e-sport à l'horizon 2022

Le succès de l'e-sport ne se dément pas

La pandémie de Covid-19 a rendu l’e-sport plus populaire qu’il ne l’était déjà… Durant le confinement, les plateformes de streaming comme Twitch ont en effet atteint des records d’audience tandis que de nombreuses célébrités du sport traditionnel se sont prêtées aux jeux en ligne. Avant crise, plus de 7 millions de Français avaient déjà regardé une telle compétition, soit 15% de la population. Fort de ce succès, et à la faveur d’un public homogène composé de jeunes consommateurs, le marché est devenu stratégique pour certains annonceurs. Ces derniers investissent le domaine à coup d’opérations de sponsoring, d’affichage ou de publicités in-stream sur les plateformes de diffusion ou lors des grands évènements. Les acteurs de l’informatique comme Intel et Asus se sont naturellement engouffrés dans le sponsoring. Mais des annonceurs non endémiques apparaissent aussi, comme Alain Afflelou qui sponsorise Vitality, la première équipe d’e-sport en France. Procter & Gamble, lui, a fait appel à 11 streamers de la plateforme Twitch — des joueurs retransmettant en direct leur partie de jeu de vidéo — pour faire la promotion de sa marque Gillette dans le monde.

 

La filière de l'e-sport devient mature

En réalité, c’est une véritable filière de l’e-sport qui prend forme à l’échelle mondiale et hexagonale. Outre les annonceurs et les organisateurs d’évènements, on compte les clubs d’e-sport qui rivalisent pour attirer des annonceurs et accroitre les « cash prizes », les primes offertes aux vainqueurs. En deux ans, ces récompenses financières ont presque doublé dans le monde… Les grandes plateformes de streaming, contrôlées par Amazon, Google, Microsoft et Facebook, se sont lancées de leur côté dans la course aux parts d’audience. Le jeu concurrentiel ne serait pas complet sans la présence de certaines chaînes télévisées qui se montrent très entreprenantes pour remporter les droits de retransmission des plus grandes compétitions d’e-sport, au coude-à-coude avec les plateformes de streaming. D’autres acteurs se positionnent dans l’e-sport comme les entreprises de paris sportifs, les gestionnaires de casino et les agences de communication.

 

Des revenus en baisse à court terme avec la chute des investissements des annonceurs

Les recettes publicitaires pour 2020 devraient néanmoins plonger selon l’étude Xerfi-Precepta entre les reports ou annulations de compétitions physiques et la frilosité des annonceurs. Au-delà, l’e-sport continuera de gagner en visibilité aux yeux des annonceurs. Par conséquent, pour améliorer leur niveau, remporter les primes et attirer les sponsors, les équipes d’e-sport doivent se professionnaliser. Les clubs redoublent d’efforts pour engager les meilleurs talents : en recrutant des entraîneurs de renom, en instaurant des politiques salariales attractives lors des phases de mercato, et en s’installant dans des équipements d’exception. Mi-2019, la Team Vitality a ainsi annoncé son installation au Stade de France. Relais commerciaux pour les annonceurs, les « streamers » sont également au cœur de la stratégie de captation et de monétisation d’audience des plateformes de streaming, dont le modèle d’affaires repose en partie sur les abonnements facturés aux internautes. Ces plateformes nouent ainsi des partenariats d’exclusivité avec des gamers influenceurs. On l’aura compris, l’écosystème français du sport électronique entre dans une phase de structuration et s'inspire de plus en plus des codes des sports traditionnels.

 

Collaborateur de Xerfi depuis 2010 et aujourd'hui directeur d'études, Flavien Vottero est expert dans les services aux entreprises et les nouvelles technologies. Il est titulaire d’un master en finance et stratégie européenne de l’IEP de Strasbourg.

EN SAVOIR PLUS SUR CE SUJET AVEC L’ÉTUDE XERFI PRECEPTA

La structuration du marché de l'e-sport à l'horizon 2022 Quels leviers et perspectives de croissance pour les acteurs de l’écosystème ?
19/06/2020 | 88 pages - réf : XR- / 20CSO19 1300€



Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +