PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.
< Revenir sur le blog
VIDÉO

Le discours sur la fin de l'auto ne tient pas la route : voilà pourquoi

Découvrez l’analyse d’Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision

Publié le 16 Décembre 2020

https://player.vimeo.com/video/465028391?autoplay=1

Alexandre Mirlicourtois - Directeur de la conjoncture et de la prévision




Les difficultés de la filière automobile, la volonté de plus en plus pressante, surtout depuis les dernières élections municipales, de débarrasser les centres-villes des grandes métropoles de tous véhicules motorisés, relégueraient la voiture à l’Ancien Monde. Dans le monde d’après, plus écologique, plus vert, l’auto n’aurait plus sa place.


Pour beaucoup de ménages, l’accès à l’emploi dépend de l’automobile


Voici quelques chiffres pour bien mesurer le décalage entre ce discours dominant et la réalité : 7 salariés sur 10 vont travailler en voiture. Autrement dit, les autres modes de transports sont donc ultra-minoritaires : 16% des travailleurs empruntent les transports en commun, 7% marchent, 4% utilisent des deux-roues à moteur ou pas, 3% enfin n’ont pas besoin de se déplacer pour exercer leur activité professionnelle.


Cette vision nationale est une moyenne. En région parisienne, les habitants de Paris et de la petite couronne privilégient les transports en commun, parce que l’usage de la voiture y est volontairement rendu complexe et parce que l’offre de transports collectifs y est très dense : 100% des Parisiens vivent à moins d’un kilomètre d’un réseau « efficace », c’est-à-dire rapide, fréquent, avec des arrêts rapprochés et une forte amplitude horaire. Mais en banlieue ce n’est déjà plus qu’un habitant sur deux, et plus on s’éloigne du noyau, plus l’accessibilité aux transports en commun se dégrade rapidement. Bilan, en grande couronne, la voiture est majoritaire. En province, parmi les villes-centres des pôles des aires urbaines de plus de 400 000 habitants, Lyon est la seule où l’automobile est supplantée. Dans toutes les autres villes-centres, la voiture reste le mode de transport principal même si elle concerne moins de 39% des salariés à Grenoble, 41% à Strasbourg ou 43,4% à Bordeaux.


La congestion, qui réduit l’efficacité de la voiture, l’amélioration de l’offre des transports en commun sont seulement typiques de contextes des centres-villes, pas des territoires moins denses. Or, ces territoires moins denses, c’est le lieu de résidence de près de 6 Français sur 10. Pour beaucoup de ménages, l’accès à l’emploi dépend donc de l’automobile. Mais au-delà, c’est l’accès aux commerces, aux services administratifs, aux loisirs qui dépend de la voiture. L’auto reste au cœur des déplacements de la majorité des Français et avec un taux d’équipement à près de 85%, la quasi-totalité des ménages est motorisée et la multimotorisation a eu même tendance à se renforcer. Certes, la tendance à la hausse est moins prononcée que par le passé, mais on bute là sur des niveaux d’équipement difficilement franchissables.


La crise sanitaire modifie la mobilité individuelle


Quant au mouvement souvent commenté d’abandon de la voiture, il ne se vérifie tout simplement pas au-delà des jeunes des grands centres urbains pour lesquels l’achat d’une auto apparaît de moins en moins nécessaire.


Surtout, un regain d’intérêt pour l’automobile n’est pas à exclure avec la crise de la Covid-19. Une crise sanitaire, qui a entraîné une plus grande défiance envers les transports collectifs. Cela vaut pour les trajets quotidiens, mais également ceux concernant les plus longues distances, notamment effectuées à l’occasion des vacances.


Quant à la montée du télétravail, les conséquences sont paradoxalement plutôt ambiguës et de deuxième ordre. D’un côté, le nombre de déplacements et de kilomètres parcourus se réduit et décalera le renouvellement d’une partie du parc et peut aussi limiter l’intérêt de la multimotorisation, mais l’impact sera marginal. De l’autre, pour une frange minoritaire de la population, la résidence secondaire devient un investissement qui permet de profiter pleinement de la nouvelle donne du télétravail. Une résidence secondaire en dehors des hypercentres qui s’accompagne nécessairement de l’achat d’un véhicule.


Non, l’automobile n’est pas près d’être supplantée par les autres modes de transport. Un signe ne trompe pas : le marché des véhicules d’occasion est l’un des rares qui peut être vraiment qualifié d’être en voie de rattrapage : il s’est immatriculé près de 100 000 voitures d’occasion de plus en septembre qu'au cours du même mois en 2019 et le retard pris pendant le confinement est en passe d’être rattrapé. Non seulement l’automobile n’est pas prêtre de disparaître, mais son usage devrait se renforcer. Bref, c’est une filière d’avenir dès lors que l’on prend toute la mesure du nouvel attrait pour la mobilité individuelle.

Alexandre Mirlicourtois est économiste. Il est directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi.



CONJONCTURE

vidéoVers une forte appréciation de l'Euro en 2021

CONJONCTUREL’euro s’est nettement apprécié vis-à-vis du dollar depuis l’été dernier. Après avoir atteint en janvier 2021 un point haut depuis avril 2018 (à 1,22$), il s’est [...]

19/07/2021

CONJONCTURE

vidéoCours du pétrole: un rebond de 60% en 2021

CONJONCTUREAprès avoir atteint un point bas à moins de 20$ le baril en avril de l’année dernière, sous l’effet d’un effondrement sans précédents de la demande mondiale de [...]

18/07/2021

Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER