PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeImmobilier - constructionInnovations - technologiesServices aux entreprisesServices aux ménages - santé - loisirsAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0
0
Connexion

DERNIÈRES ÉTUDES DE MARCHÉ

RESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.

< Revenir sur la page d’accueil du blog
AVIS D'EXPERT

Imprimerie : l'érosion du tissu industriel se poursuit

Publié le 30 Mai 2022




L’industrie française de l’imprimerie et des activités connexes (prépresse, finition, reliure, routage, etc.) regroupait 4 900 établissements dont la production vendue s’élevait à 7,2 Md€ en 2020. Le secteur est très peu concentré car très atomisé en particulier sur le segment des imprimés publicitaires (affichage, imprimés sans adresse, mailing, etc.). Toutefois, certains produits imprimés regroupent une population restreinte d’acteurs en raison des capacités de production importantes qu’il faut détenir afin de pouvoir répondre à la demande et être suffisamment compétitif, à l’instar de l’imprimerie de presse (quotidiens, magazines), des livres ou encore des étiquettes. L’impression de documents administratifs est même largement assurée par l’État via IN Groupe et la Banque de France au côté d’Oberthur Fiduciaire, plus important fabricant de billets de banque. Ainsi, l’intensité capitalistique de l’activité dépend très largement du positionnement produit des imprimeurs. Les marchés clients du secteur sont très nombreux et diversifiés. Ils comprennent tour à tour les éditeurs de livres et de presse, les annonceurs publicitaires, les administrations ou encore les industriels.

 

 

La France : 3e pays producteur d’imprimés en europe

La France est le 3e pays producteur d’imprimés et fournisseur de services d’impression en Europe (hors Royaume-Uni) avec 15% des facturations sectorielles en 2020, derrière l’Allemagne (25%) et l’Italie (18%). À l’échelle européenne, la France a concentré 20% (en valeur) de la production d’imprimés administratifs ou commerciaux, 16% de la fabrication-impression d’étiquettes et 15% de la production d’imprimés publicitaires.

 

Le tissu économique du secteur s’effrite avec le recul de la demande

Le tissu économique du secteur de l’imprimerie et des activités graphiques s’est fortement contracté sur la dernière décennie. Au niveau sectoriel, les effectifs ont reculé de 30,% entre 2011 et 2020 tandis que le nombre d’établissement a diminué de 27% sur la même période. Ce repli s’explique par la baisse continue des volumes d’imprimés (catalogues commerciaux, courriers publicitaires, papiers administratifs et d’entreprises, etc.) sur moyenne période : la production totale du secteur de l’imprimerie a reculé de 18,7% en volume entre 2011 et 2020 selon l’Insee. La dégradation de l’environnement de marché a contraint les imprimeurs à restructurer leurs activités, dans le cadre de fermetures de site, de plans de licenciement ou à l’occasion de rapprochements entre plusieurs acteurs. Les mouvements de consolidation qui sont à l’œuvre dans le secteur se traduisent en effet par des opérations de rationalisation des surfaces de production et de modernisation des machines d’imprimerie, se traduisant notamment par une automatisation croissante de la production au détriment de l’emploi.

 

Des degrés d’atomicité et de concentration différents selon les segments

Le secteur de l’imprimerie révèle des degrés de concentration variables d’un segment à l’autre. L’impression de journaux est par exemple très fortement concentrée. Le groupe Riccobono, leader de l’impression de presse quotidienne en France, concentrait par exemple plus de 50% du chiffre d’affaires du segment. Ce degré élevé de concentration se retrouve également dans l’analyse de la répartition des entreprises par taille : les structures de plus de 50 salariés représentaient 30% du panel Xerfi d’entreprises d’impression de journaux en 2020. À l’inverse, l’impression de labeur est particulièrement éclatée. Il convient néanmoins de rappeler que ce segment regroupe de nombreux débouchés et requiert une analyse d’autant plus fine. L’impression sécurisée nécessite par exemple une importante intensité capitalistique (dépenses de R&D, mise en compétition par les donneurs d’ordres, etc.) tandis que l’impression de supports de communication, de signalétique, de documents administratifs, ou d’articles de papeterie/bureautique présente des barrières à l’entrée moins fortes.

  

Collaborateur de Xerfi depuis 2017, Vincent Chamouleau est chargé d'études et expert des sujets liés aux médias et à la communication. Il est diplômé d'un master de recherche en économie et finance (spécialisation en macroéconomie et modélisation quantitative) délivré par l'Université Lumière Lyon II, en collaboration avec l'EM Lyon et l'ENS Lyon.


PRÉVISIONS SECTORIELLES

vidéoInformation et communication : ralentissement de la croissance en 2022

PRÉVISIONS SECTORIELLES Les besoins révélés par la crise sanitaire (télétravail, e-commerce, etc.) ont boosté la demande en solutions cloud, logiciels de sécurité, outils de virtualisation de [...]

01/05/2022

AVIS D'EXPERT

vidéoLes stations de radio face au repli structurel des recettes publicitaires

AVIS D'EXPERTLes stations de radio sont en charge de l’édition et de la diffusion de programmes radio. Le secteur est composé de radios publiques (sous l’égide du groupe Radio France) [...]

26/04/2022

VIDÉO

3750541
vidéoLes data centers face à la flambée des coûts de l’énergie

VIDÉOLa digitalisation accélérée des économies, l’explosion du trafic internet mondial et le futur essor de l’edge computing décuplent les besoins en matière de stockage de [...]

11/04/2022

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

 

x
Merci pour votre message !

Notre équipe met tout en œuvre pour vous répondre dans les plus brefs délais.

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER
x

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER