PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeImmobilier - constructionInnovations - technologiesServices aux entreprisesServices aux ménages - santé - loisirsAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0
0
Connexion

DERNIÈRES ÉTUDES DE MARCHÉ

RESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.

< Revenir sur la page d’accueil du blog
AVIS D'EXPERT

Vente en vrac : de nombreux freins restent à lever

Publié le 02 Février 2022




Si le vrac a longtemps été le mode de distribution privilégié du commerce de détail, il a peu à peu cédé la place aux produits préemballés compatibles avec le libre-service des GSA dans les années 1960. Un changement majeur qui a permis aux grandes marques de produits de grande consommation (PGC) d’émerger et qui a signé les débuts de la consommation de masse. Aujourd’hui, la résurgence du vrac sous une nouvelle forme, celle du libre-service, est étroitement liée à l’essor des magasins bio. L’essor de la vente en vrac en trémies intervient d’ailleurs au milieu des années 2010 avec la montée en puissance du bio, l’apparition des enseignes spécialisées (Day by Day) et l’extension de l’offre en GMS.

 

Vrac : coup d'arrêt en 2021 dans un contexte de crise sanitaire

Malgré le coup d’arrêt de 2021 lié à la crise sanitaire, le vrac a fait une percée remarquée dans les habitudes de consommation d’une partie des Français. Le marché tricolore du vrac en trémie a ainsi généré 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Et il se partage entre les GMS (49%) et les magasins bio (46%), les épiceries spécialisées comme Day By Day réalisant le solde. Et le marché n’a pas encore exprimé tout son potentiel de croissance. L’environnement réglementaire favorable, avec la loi Climat et Résilience, l’arrivée des grandes marques des PGC (Kellogg’s, Panzani, Carte Noire...) et l’extension de l’offre à de nouvelles catégories de produits (laitiers, cafés, non alimentaire…) offrent encore d’importantes opportunités de développement. Le marché du vrac en trémie devrait d’ailleurs s’apprécier de 8,6% par an en moyenne pour atteindre 1,8 milliards d’euros d’ici 2025, selon les experts de Xerfi Precepta.

Toutefois, plusieurs irritants freinent la demande (praticité, hygiène, prix) tandis que du côté de l’offre, un modèle économique conjuguant vrac et marques reste à inventer afin notamment de contourner les problèmes liés à la complexité et aux coûts de la chaîne logistique. Par ailleurs, peu compatible avec les grosses courses en hypers, le vrac serait plutôt adapté aux petits commerces de proximité. Et il coûte plus cher que le préemballé aux distributeurs, alors que les consommateurs exigent des prix plus compétitifs. Sans oublier que l’absence d’emballage ne fait pas forcément l’affaire des industriels soucieux de promouvoir leurs marques. Dans ces conditions, la loi Climat et Résilience pourrait donc favoriser les investissements des enseignes sur leurs rayons produits frais traditionnels (PFT) plutôt que sur le vrac en trémie. Rappelons que la définition du vrac revêt une importance cruciale. Dans son acception la plus large – les PFT des GSA vendus à la pesée en libre-service (fruits et légumes, boulangerie) ou en vrac assisté (boucherie, charcuterie, poissonnerie, crémerie à la coupe) ainsi que les produits hors frais – le vrac représente 18% du chiffre d’affaires total des GMS, soit environ 19 milliards d’euros. Mais si on limite le périmètre du marché au seul vrac en trémie, son poids est anecdotique pour les hypers et supermarchés (moins de 1% des ventes) mais stratégique dans les magasins bio (5% à 20% du chiffre d’affaires). Pour mesurer avec précision le véritable impact sur le marché de la loi Climat et résilience qui concerne le vrac au sens large, il faudra en outre attendre la publication du futur décret pour connaître les catégories de produits concernées.

  

L’extension de l’offre, principal levier de croissance

L’extension de l’offre devrait constituer le principal levier de croissance du marché. Cela passe par l’entrée en scène des grandes marques nationales (Kellog’s, Barilla, Panzani, Lustucru ou encore Uncle Ben’s) sur le segment de l’épicerie et l’arrivée de nouvelles catégories à l’image des produits laitiers (Danone, Bell), des cafés (Nescafé, Carte Noire, Lobodis, Méo) ou encore du non alimentaire (Briochin, Persil, Cajoline et Skip) ainsi qu’à de nouveaux circuits comme le drive. Malgré la suppression des emballages primaires, le vrac reste plus coûteux que le préemballé en GMS. Pour l’heure, seule l’offre full service de Juste Bio s’est imposée. Les distributeurs sont toutefois à la recherche d’un modèle. Celui des trémies en carton (livrées préremplies en magasins) pourrait être rentable à moyen terme, sous réserve de l’émergence d’une filière de sous-traitants avec des logisticiens chargés du reconditionnement et/ou du remplissage des trémies et d’entreprises spécialisées dans le nettoyage, selon l’Ilec. En d’autres termes, le modèle en trémie traditionnelle devrait céder du terrain. La présence de nombreux irritants pour les consommateurs mais aussi des contraintes d’organisation et des coûts additionnels pour les distributeurs et les industriels entravent la progression du marché du vrac. Malgré de nombreux progrès, la mise au point de nouveaux équipements et matériels plus performants semblent un préalable indispensable à l’essor du marché du vrac.

  

Trois grands profils d’acteurs

Trois grands profils d’intervenants évoluent sur le marché du vrac : les producteurs (rarement spécialisés à la notable exception de Juste Bio), les distributeurs (enseignes alimentaires généralistes, magasins bio, enseignes et sites de e-commerce spécialisés dans le vrac) et les fabricants d’emballage ou de matériel de distribution (bacs, trémies…). Avec l’évolution du modèle économique, deux nouvelles catégories émergent : les logisticiens en charge du reconditionnement et/ou de la gestion des trémies (remplissage), à l’image de FM Logistic, et les spécialistes du nettoyage des bacs, trémies et contenants consignés (Uzage, Bout à Bout…).

logo POUR APPROFONDIR Le potentiel du marché du vrac

Stratégies des grandes marques des PGC, modèles économiques, structuration de la filière : quelles perspectives à l’horizon 2025 ?

Après plusieurs expériences dans le secteur des vins et spiritueux et des achats, Matteo Neri a rejoint le groupe Xerfi en 2015. Aujourd'hui, il est directeur d'études et expert dans le secteur de l'agroalimentaire. Il coordonne également les études de la collection Emploi RH. Matteo Neri est titulaire d’un master II en Sciences Politiques de l’Università Degli Studi di Siena.



logo POUR APPROFONDIR
Le potentiel du marché du vrac

Stratégies des grandes marques des PGC, modèles économiques, structuration de la filière : quelles perspectives à l’horizon 2025 ?

VIDÉO

3750624
vidéoLes stratégies des marketplaces BtoC

VIDÉOTour à tour, les géants de la distribution intègrent une marketplace sur leur site de vente en ligne. Ces derniers mois, Leroy Merlin, Decathlon ou encore Carrefour ont franchi [...]

23/05/2022

AVIS D'EXPERT

vidéoL’industrie de l’emballage se réorganise autour de géants spécialisés

AVIS D'EXPERT Sachets, boîtes, bouteilles ou encore cartons, les emballages sont omniprésents dans les pratiques de consommation des Français et conditionnent également la plupart des [...]

23/05/2022

AVIS D'EXPERT

vidéoLa carte bancaire, l’indétrônable solution de paiement ?

AVIS D'EXPERT Jamais les modalités de paiement proposées aux consommateurs n’ont évolué aussi vite et en si peu de temps en France. Depuis deux ans, le sans contact se banalise, le [...]

16/05/2022

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

 

x
Merci pour votre message !

Notre équipe met tout en œuvre pour vous répondre dans les plus brefs délais.

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER
x

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER