PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeImmobilier - constructionInnovations - technologiesServices aux entreprisesServices aux ménages - santé - loisirsAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0
0
Connexion

DERNIÈRES ÉTUDES DE MARCHÉ

RESULTATS

Vous avez un besoin particulier
et souhaitez réaliser une étude sur-mesure ?

specific@xerfi.fr


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.

< Revenir sur la page d’accueil du blog
AVIS D'EXPERT

Luxe : vers de nouveaux modes de croissance

Publié le 06 Septembre 2021




Le luxe se convertit à l’économie circulaire

Optimiser les ressources en amont mais aussi prolonger la durée de vie et intensifier l’usage des articles de luxe est le nouveau credo du secteur. La voie de l’économie circulaire est en effet séduisante pour les marques de luxe qui défendent des valeurs de qualité, durabilité et créativité. Une démarche censément vertueuse qui leur permet au passage de répondre aux exigences des consommateurs en matière de développement durable, de se conformer à l’interdiction de la pratique de destruction des invendus, de renforcer la lutte anti-contrefaçon mais également de profiter de la manne des marchés « secondaires ». Le déstockage, la seconde main et la location d’articles de luxe - qui représentent entre 2 et 3 milliards d’euros en France dont 1,5 à 2 milliards pour l’occasion – échappent presque totalement aux maisons de luxe. Des marchés auxquels il convient d’ajouter des services tels que la réparation et l’upcycling (recyclage). Désormais, elles ambitionnent de maîtriser la croissance desdits marchés mais aussi de capter une nouvelle clientèle, et en particulier les jeunes pour lesquels le marché « primaire » du luxe est hors de portée. Et elles ne ménagent pas leur peine. A tel point que leurs offensives pourraient bien bouleverser la donne concurrentielle.

A l’avenir, de nouvelles façons de consommer le luxe vont certainement être présentées dans les boutiques des marques, les grands magasins ou encore les détaillants horlogers joailliers. Les nouvelles offres seront en réalité déployées sur internet pour toucher la communauté de clients la plus large possible et profiter de la capacité du digital à faciliter les échanges, notamment entre particuliers grâce à des modèles d’intermédiation. Le développement du déstockage, de la seconde main et de la location en ligne va s’appuyer sur plusieurs phénomènes.

  

Des acteurs aux profils variés…

La diversification des maisons de vente aux enchères à prix fixes sur le luxe d’occasion est le premier d’entre eux, à l’instar de Sotheby’s, Christie’s ou Artcurial. Ces dernières cherchent en effet à s’extraire des seuls biens de luxe d’exception et ainsi élargir leur clientèle. Ensuite, les e-commerçants, déjà présents dans le déstockage, sont désormais à la manœuvre sur les marchés de la réparation et de la seconde main. YNAP Group a ainsi annoncé le lancement de projets pilotes pour ses quatre plateformes multimarques en 2021. Comme la crise a renforcé la nécessité d’une présence sur le net pour les commerces physiques, les centres de marques accélèrent également leur transition digitale, à l’image des récentes initiatives de The Village Outlet ou de La Vallée Village. Par ailleurs, les plateformes de location se multiplient dans l’Hexagone (comme l’illustre l’apparition de sites spécialisés dans la location de montres de luxe), même si la pratique est encore émergente en France. Enfin, la montée en puissance des marketplaces CtoC et des sites d’annonces généralistes est le dernier phénomène de nature à doper le déploiement des marchés « secondaires » du luxe en ligne. Le développement de la certification numérique via la blockchain par les groupes de luxe va en effet ouvrir de nouvelles opportunités à ces plateformes leaders d’audience (eBay, Facebook Markeplace, Vinted…) lesquelles ne proposent pas vraiment pour l’instant de dispositifs d’authentification pour les milliers d’articles de luxe qui transitent par elles.

  

… mais les maisons de luxe comme chefs d’orchestre

Aujourd’hui, une multitude d’acteurs aux profils variés sont donc positionnés sur ces marchés « secondaires » du luxe. Mais déjà, les groupes de luxe s’imposent comme chefs de file du mouvement et les initiatives se multiplient. Dans ces conditions, le jeu concurrentiel devrait en toute logique évoluer.

Pour renforcer la traçabilité numérique des produits de luxe, LVMH, Richemont et Prada Group ont ainsi lancé le consortium et la plateforme Aura Blockchain. Une alliance inédite entre acteurs du luxe qui pourrait bien séduire d’autres groupes en raison, notamment, des potentielles retombées de cette plateforme sur le marché de la seconde main. Des rapprochements avec des start-up spécialisées dans les nouveaux modes de consommation de la mode et du luxe sont également d’actualité. C’est ce qu’illustre, entre autres, l’entrée de Kering au capital du site britannique de location de sacs à main Cocoon en juin 2021 peu après être devenu l’un des actionnaires du leader français du luxe de seconde main Vestiaire Collective. Autant d’initiatives susceptibles de profiter à des acteurs qui évoluent dans l’univers du luxe comme les grands magasins (à commencer par le Bon Marché ou La Samaritaine), de e-commerçants pure players (YNAP Group est détenu par Richement), des maisons de vente aux enchères (Artémis est l’actionnaire commun à Kering et Christie’s) ou encore des détaillants de montre de luxe (Maier, Arije…) agréés par les maisons horlogères.

L’engagement des groupes de luxe sur ces marchés secondaires coïncide avec l’apparition de l’économie circulaire dans leur feuille de route stratégique et leur communication. Elle concrétise leur implication en termes de développement durable et vise notamment à renforcer la circularité des produits de luxe (prolongation de la durée de vie, intensification des usages…). Tous les groupes de luxe n’ont pourtant pas les mêmes ambitions en la matière. Il est vrai que si le développement de modèles circulaires vertueux s’envisage à l’échelle du luxe artisanal, il paraît en revanche incompatible avec le luxe industriel où dominent les stratégies de volume.

logo POUR APPROFONDIR Offensives des acteurs du luxe : seconde main, déstockage, location

Vers de nouveaux modes de croissance

Collaboratrice de Xerfi depuis 1998 et directeur d'études depuis 2005, Delphine David est experte sur les sujets liés à la distribution et au e-commerce. Elle est titulaire d’un master en économie et politique de l’énergie de l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaire CEA qui dépend de l’Université Paris X-Nanterre.




logo POUR APPROFONDIR
Offensives des acteurs du luxe : seconde main, déstockage, location

Vers de nouveaux modes de croissance

AVIS D'EXPERT

vidéoLa dermocosmétique surfe sur l’argument santé

AVIS D'EXPERT La santé est désormais au cœur des routines beauté. La crise, bien sûr, est passée par là avec la tendance au no make-up sous l’effet des gestes barrières, l’essor du [...]

27/10/2021

PRÉVISIONS SECTORIELLES

vidéoL’équipement de la maison à la pointe du fort rebond du commerce de détail

PRÉVISIONS SECTORIELLESContrecoup de la chute d’activité observée en 2020, le chiffre d’affaires du commerce de détail enregistre un net rebond en 2021 (+9% en volume). Les mesures de [...]

22/10/2021

CONJONCTURE

vidéoLes acteurs du commerce spécialisé craignent l’impact du pass sanitaire

CONJONCTURELa levée des restrictions sanitaires et le repli de l’épidémie ont redonné le moral aux commerçants à la fin du printemps. En juin, le climat des affaires dans le commerce [...]

10/10/2021

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

 

x
Merci pour votre message !

Notre équipe met tout en œuvre pour vous répondre dans les plus brefs délais.

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER
x

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER