PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

Les perspectives du marché de la dématérialisation de documents

Publié le 06 Janvier 2021
D’après l’étude Les perspectives du marché de la dématérialisation des documents à l'horizon 2023

Retour de flamme en vue pour le marché de la dématérialisation

Certes, le coup de frein de l’activité économique et la fragilisation de la santé financière des donneurs d’ordres va peser sur le marché français de la dématérialisation de documents. Ce dernier va ainsi reculer de 6% en 2020, après une hausse de 8% en 2019, pour ensuite s’offrir un rebond mécanique en 2021 (+4,5%), selon les prévisions des experts de Xerfi Precepta. Si la crise a un impact négatif, elle a également pour mérite d’encourager les entreprises à mettre les bouchées doubles pour migrer vers le numérique. Le recours au télétravail pendant les périodes de confinement a nécessité de renforcer les dispositifs de dématérialisation des documents (factures fournisseurs, fiches de paie, documents internes, etc.) et d’automatisation des back office. Le marché profite toujours de puissants moteurs de croissance comme les obligations réglementaires en matière de dématérialisation, le caractère régional ou mondial des chaînes de valeur, la hausse structurelle et exponentielle des données et documents ou encore les progrès technologiques continus. Une fois passé le trou d’air de 2020, le marché retrouvera peu à peu de la vigueur pour générer un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros en 2023, dont 64% pour les flux entrants/sortants/circulants devant la sécurisation des échanges (21%) et l’archivage électronique (15%). 

Dans le sillage de la crise, la rationalisation des coûts va prendre une importance particulièrement stratégique au sein des entreprises. Compte tenu de sa promesse de valeur centrée sur la réduction des coûts et du recentrage des clients sur leur cœur de métier, la dématérialisation des documents devrait entrer davantage dans les habitudes des sociétés. Il restera néanmoins deux freins à son expansion : l’utilisation toujours prégnante du papier et la réticence des entreprises à partager certaines données sensibles. 

S’il faudra patienter jusqu’en 2022 pour que le marché retrouve son niveau d’avant la crise, les acteurs de la dématérialisation des documents se mettent déjà en ordre de bataille face à l’intensification de la concurrence qui se profile en raison des bonnes perspectives. A l’exception du développement sur la clientèle des PME et le déploiement à l’international, la plupart des axes de croissance des professionnels de la dématérialisation actionnés avant la crise restent pertinents. 

L’élargissement de l’offre est ainsi plus que jamais une nécessité. Les stratégies de diversification doivent être plus poussées en s’orientant plus globalement dans le BPO (business process outsourcing) pour couvrir d’autres processus métiers, à l’image de la gestion de la relation client, le facility management ou encore la gestion de la supply chain. Suite au rachat du centre de contact ADM Value en décembre 2019, Tessi, acteur clé de gestion documentaire et du BPO, s’est positionné dans la relation client.

 

L’arme redoutable du digital

Compte tenu de son caractère hautement technologique, la dématérialisation des documents confère au développement digital une importance cruciale. D’un côté, il permet d’enrichir les offres adressées aux clients grâce notamment au cloud et à l’intelligence artificielle : lecture et reconnaissance automatiques des documents, reconnaissance optique, automatisation robotisée des processus et saisie informatique. De l’autre, le digital permet de mieux rationaliser ses coûts en interne (outils CRM…). En réalité, le digital est une arme redoutable pour les prestataires pour dynamiser un chiffre d’affaires et une efficacité opérationnelle mis à mal par la crise.

Pour enrayer les fortes pressions tarifaires émanant des donneurs d’ordres, les professionnels n’ont pas d’autre choix que de miser sur la qualité et la différenciation. Ce défi est d’autant plus urgent à relever que le marché fait face à un afflux massif de nouveaux entrants issus de l’internet et proposant des solutions clés en mains souvent low cost. Dans ce contexte, la spécialisation sectorielle (santé, banque/assurance, grande distribution…) semble incontournable alors que les donneurs d’ordres attendent toujours davantage de prestations personnalisées. Enfin, les prestataires doivent adopter un discours marketing centré sur la performance économique à long terme et plus uniquement sur la réduction des coûts à court terme grâce à une hausse de la dimension conseil.

  

Vers un marché à deux vitesses

Si la concurrence va monter d’un cran à moyen terme avec l’arrivée de nouveaux entrants, le marché risque fort de se polariser entre, d’un côté, une offre premium multi-compétences pour les grands comptes et, de l’autre, une offre low cost destinée aux projets moins complexes et d’envergure modeste. Dans un marché qui ne cesse de se structurer, les leaders (Docaposte, Parangon, Tessi, Jouve, Xelians notamment) vont accentuer leur stratégie de différenciation (en particulier sectorielle) pour renforcer leur stratégie de conquête et de fidélisation de leur clientèle. A ce petit jeu, les prestataires de services (Iron Moutain ou Quadient par exemple) et les éditeurs de logiciels (Docusign, Esker ou Cegedim entre autres) sont idéalement placés. Dans le même temps, les majors de la dématérialisation vont poursuivre leur stratégie de croissance externe, d’autant plus que la crise va fragiliser certains opérateurs qui deviendront ainsi des cibles potentielles.

 

Collaborateur au sein du groupe Xerfi depuis 2005, Philippe Gattet est directeur d’études Xerfi-Precepta. Il compte parmi ses sujets de prédilection l’énergie, la construction, l’immobilier, les services collectifs ainsi que les services aux entreprises à haute valeur ajoutée. Il est également responsable des vidéos sectorielles et pédagogiques de Xerfi.

EN SAVOIR PLUS SUR CE SUJET AVEC L’ÉTUDE XERFI PRECEPTA

Les perspectives du marché de la dématérialisation des documents à l'horizon 2023 Quels sont les acteurs les mieux armés pour répondre aux enjeux et défis post-crise ?
02/11/2020 | 309 pages - réf : PTAX / 20SAE36 2400€



Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +