PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.
< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

Les espoirs de reprise des centres commerciaux douchés par la crise

Trois questions à Delphine David

Publié le 02 Octobre 2020




Dans quelle situation se trouve les centres commerciaux  ?

L’embellie de 2019 (avec une fréquentation et un chiffre d’affaires respectivement en hausse de 0,3% et de 0,7% à plus de 285 milliards d’euros) aura été de courte durée pour les 834 centres commerciaux de l’Hexagone. Après le repli constaté sur les trois premiers mois de 2020, c’est surtout au deuxième trimestre que les indicateurs ont plongé. Certes, la fréquentation a repris entre la première et la quatrième semaine de déconfinement. Les paniers moyens et taux de transformation ont en outre été supérieurs à la normale. Pourtant, les pertes de la période de fermeture ne seront pas récupérables. La fréquentation et le chiffre d’affaires des centres commerciaux (à surface comparable, hors GSA et grands magasins) devraient ainsi respectivement s’effondrer de 18% et de 20% en 2020. La faute à la dégradation de l’emploi et du pouvoir d’achat des ménages, à la chute des flux de touristes étrangers et à l’augmentation du taux de vacances dans les centres. Sans oublier la forte concurrence du e-commerce. Le repli sera particulièrement marqué dans l’équipement de la personne. C’est pourtant dans les dépenses de services que la situation sera la plus critique, en particulier sur le marché de la restauration (-25%), une activité dans laquelle les gestionnaires de centres commerciaux ont beaucoup investi. Pour couronner le tout, la multiplication des faillites parmi les quelque 39 000 commerces implantés dans les centres va mécaniquement réduire le vivier de locataires des foncières. De quoi raviver les tensions déjà fortes entre bailleurs et commerces locataires, pris en étau entre une activité à la peine et des charges d’exploitation en hausse. En réalité, il faudra patienter jusqu’en 2022 pour que les centres commerciaux retrouvent les niveaux d’activité de fin 2019.

 

Quels sont les évolutions à prévoir dans le secteur ?

Toujours est-il que ce bras de fer et les conséquences de la crise économique pourraient donner le coup d’envoi à un rééquilibrage du rapport de force entre bailleurs et commerces au profit de ces derniers. La crise va en effet favoriser un mouvement de concentration entre enseignes, lesquelles vont gagner en pouvoir de marché. Les commerces vont également réfléchir à deux fois avant de s’implanter dans un centre commercial. Enfin, les enseignes vont mettre les bouchées doubles en matière de e-commerce, quitte à réduire leurs réseaux de magasins à l’image de Zara (groupe Inditex). Dans ces conditions, le renouvellement des baux sera de plus en plus difficile pour les gestionnaires de centres commerciaux. La vacance commerciale (déjà supérieure à 10%) va donc continuer d’augmenter tandis que les tensions sur les loyers vont se matérialiser par une pression à la baisse sur les valeurs locatives, les rendements et les valeurs des actifs. La crise va donc peser sur les revenus des foncières. Elle va aussi pousser ces dernières à redéfinir leurs investissements et leurs pipelines de développement avec, pour corollaire, des retards de livraison et d’inauguration. C’est notamment le cas de phase 3 des commerces de la gare Paris Montparnasse. Il ne faut pas non plus exclure l’abandon de projets de commerces comme celui, emblématique, du mégacomplexe de loisirs et de commerces EuropaCity début 2020.

 

Comment les centres commerciaux vont-ils réagir à ce nouvel environnement ?

Ce nouveau contexte risque de fragiliser les foncières de premier rang. Très attractifs pour les enseignes, les grands centres commerciaux pourraient en effet être les plus exposés aux conséquences de la crise. La probabilité de forte correction à la baisse des taux d’effort et donc du taux de rendement des actifs est très élevée pour les grosses foncières propriétaires de ces complexes. A l’inverse, le repositionnement stratégique des foncières de distributeurs autour du montage de projets mixtes urbains et de la requalification d’espaces commerciaux en pôles logistiques a toutes les chances d’être salvateur à court et moyen termes. Déjà en perte de vitesse, le business model des foncières est remis en cause par la crise. C’est d’autant plus vrai que la crise va accentuer deux tendances déjà à l’œuvre sur le marché des centres commerciaux en France. D’abord, la moindre progression des surfaces commerciales, voire la fermeture de certains complexes, reflète la priorité accordée à l’extension-rénovation de sites existants. Ensuite, l’intégration du commerce dans des projets mixtes urbains est plus que jamais pertinente à l’heure où les Français renouent avec le commerce de proximité et où les pouvoirs publics ambitionnent d’enrayer l’étalement urbain et de revitaliser les centres-villes.

logo POUR APPROFONDIR
Les centres commerciaux face au choc du Covid-19

Stratégies d’adaptation des foncières, évolution du jeu concurrentiel et perspectives de croissance à l’horizon 2022

Collaboratrice de Xerfi depuis 1998 et directeur d'études depuis 2005, Delphine David est experte sur les sujets liés à la distribution et au e-commerce. Elle est titulaire d’un master en économie et politique de l’énergie de l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaire CEA qui dépend de l’Université Paris X-Nanterre.




logo POUR APPROFONDIR
Les centres commerciaux face au choc du Covid-19

Stratégies d’adaptation des foncières, évolution du jeu concurrentiel et perspectives de croissance à l’horizon 2022

AVIS D'EXPERT

vidéoDistributeurs de boissons : de nombreux défis à relever en 2021

AVIS D'EXPERT Le chiffre d’affaires de l'ensemble du négoce de boissons a plongé de 11,4% en 2020 : du jamais vu depuis 20 ans. Ce chiffre masque toutefois de fortes disparités entre [...]

03/08/2021

CONJONCTURE

vidéoPouvoir d'achat : nouvelles hausses en vue

CONJONCTURELes différents mécanismes d’aides mis en place par l’État ont nettement permis d’amortir les pertes de revenus en 2020. Ainsi, alors que le PIB s’enfonçait de 8%, le [...]

26/07/2021

CONJONCTURE

vidéoForte amélioration du climat des affaires dans le commerce

CONJONCTURELa levée des restrictions sanitaires et le repli de l’épidémie ont redonné le moral aux commerçants. En juin, le climat des affaires dans le commerce a encore bondi de 8 [...]

22/07/2021

Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER