Service client01 53 21 81 51etudes@xerfi.fr

Formulaire de contactNotre équipe prendra contact avec vous dans les meilleurs délais.

Où nous trouver ?13, rue de Calais 75009 PARIS

Nous écrire concernant

Une étude etudes@xerfi.fr

Les formules d’abonnements abonnement@xerfi.fr

Une prestation sur-mesure specific@xerfi.fr

Une facture ou un deviscompta@xerfi.fr

Un communiqué de pressepresse@xerfi.fr

0SE CONNECTERSE CONNECTER

RETOUR ACCUEIL BLOG

La France à la pointe dans la filière des protéines d'insectes

AVIS D'EXPERT | Matteo Neri | Publié le 24 Novembre 2022

IndustrieAlimentaireTechnologie et digital



Insectes : un marché d’avenir ?

Dans un contexte de forte augmentation de la population mondiale et de hausse massive de la demande en protéines animales, les insectes sont considérés comme une source de protéine d'avenir, que ce soit en alimentation animale ou humaine. Depuis une vingtaine d’années, l’Organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation a d’ailleurs pris la tête d’une vaste campagne pour développer leurs consommation d’insectes à l’échelle planétaire. Aujourd’hui, ils se commercialisent entiers (alimentation humaine, alimentation des animaux de rente et de compagnie), mais c’est surtout sous forme de farine que les protéines d’insectes attisent les convoitises. On parle alors de « protéines animales transformées » (PAT). Les insectes comportent en effet de nombreux atouts si l’on en croit les acteurs de la filière :

  • Ils contiennent des protéines de haute qualité, des vitamines et des acides aminés ;
  • Leur taux de conversion est élevé, en outre, l’élevage d’insecte semble émettre moins de gaz à effet de serre et d'ammoniac que l'élevage conventionnel (mais l’impact global en matière d’émissions fait débat), et les besoins en espace et en eau sont considérablement réduits comparé à d’autres filières ;
  • Certains insectes se nourrissent de déchets organiques ce qui permet une meilleure allocation des ressources agricoles et une valorisation des déchets. Cela explique en partie l’intérêt des grands groupes tels que Suez ou Veolia pour la filière ;
  • Leurs déjections riches en azote (frass) sont utilisables pour faire des engrais naturels ;
  • Riches en acide laurique, les huiles d’insecte permettent de remplacer les huiles de soja et ainsi de compléter les rations de certains animaux (volaille notamment).

 

La France : un poids lourd de la filière insectes

Si plusieurs pays comptent des champions nationaux dans la filière insectes, à l’image des Pays Bas (Protix), de l’Afrique du Sud (Agriprotein) des États-Unis (Enviro Flight), ou du Maroc (Renov Protein), la France occupe une place de premier plan dans le monde. Elle accueille notamment deux prétendants au titre de leader mondial : Ÿnsect, qui a levé 325 M€ depuis 2011 et Innovafeed (environ 450 M€ levés depuis 2016), mais également d’autres acteurs d’envergure internationale à l’image de EAP Group (Agronutris) qui a récolté 100 M€ en 2021. La levée progressive des verrous réglementaires a largement contribué à l’essor de la filière, qui compte désormais plus d’une vingtaine de start-up, pour l’essentiel créée à partir de 2014. Si certaines se sont initialement orientées vers l’alimentation humaine, la plupart se sont tournées vers les applications en alimentation animale : un marché beaucoup plus prometteur et moins incertain en matière de réglementation. Enfin, les acteurs de la filière attirent les investisseurs : les fonds, mais aussi les acteurs de la gestion des déchets à l’image de Veolia et Suez, ou les grandes coopératives agricoles à l’image de Limagrain.

  

Une filière en voie d’industrialisation

À ce jour, la plupart des acteurs en place sont en phase de R&D ou ont déployé des premiers sites pilotes permettant de produire de petites quantités. Plusieurs initiatives ont favorisé l’émergence de la filière ces dernières années. En 2012, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a par exemple lancé un programme de recherche (Desirable) doté de 3 M€ sur quatre ans pour concevoir une bioraffinerie d’insectes. Mais c’est surtout l’autorisation en 2017 des farines d’insectes pour l’alimentation des poissons d’élevage qui a donné le coup d’envoi à l’industrialisation de la filière. Grâce à des levées de fonds record, Ÿnsect et Innovafeed ont réussi à prendre un train d’avance en la matière, et disposent aujourd’hui de fermes géantes opérationnelles en France, mais aussi au Pays-Bas et aux États-Unis. EAP Group est également en passe de finaliser la construction d’un site de production d’ici la fin de l’année 2022. Et tous ont pour projet de dupliquer leur modèle en France, mais aussi aux États-Unis et en Asie, qui constituent les principaux marchés.

 

POUR APPROFONDIR LE SUJET
Le marché des protéines alternatives

Protéines végétales, fermentation, insectes et viande cellulaire : quelles perspectives d’ici 2025 ?

Recevez par email toute l’actualité liée au secteur :

Industrie
S’INSCRIRES’INSCRIRE

Vous souhaitez personnaliser votre inscription ? Créez un compte Xerfi

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d'information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Après plusieurs expériences dans le secteur des vins et spiritueux et des achats, Matteo Neri a rejoint le groupe Xerfi en 2015. Aujourd'hui, il est directeur d'études et expert dans le secteur de l'agroalimentaire. Il coordonne également les études de la collection Emploi RH. Matteo Neri est titulaire d’un master II en Sciences Politiques de l’Università Degli Studi di Siena.

Les études de son équipeLes études de son équipe

À lire aussi

INFORMATION

x

L’étude Prévisis vous a été transmise par courriel. Cliquez sur le lien disponible dans cet email pour accéder gratuitement à la parution du mois.

L’ÉTUDE A ÉTÉ AJOUTÉE A VOTRE PANIER

VOUS REPRENDREZ BIEN UN COOKIE ?

Le groupe XERFI utilise et stocke des informations non sensibles obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés. Nous souhaitons ainsi nous assurer que nous fournissons l’expérience la plus informative pour nos visiteurs.

Les données stockées par XERFI ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires. Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre page de gestion des cookies.

ACCEPTER REFUSER

PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pouvez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER