PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.
< Revenir sur le blog
VIDÉO

Capter l'attention face à l'infox et au déluge informationnel

Découvrez l’analyse de Philippe Gattet, directeur d’études Xerfi

Publié le 09 Décembre 2020

https://player.vimeo.com/video/475786918?autoplay=1

Philippe Gattet - Directeur d’études Xerfi




Comment attirer l’attention face au déluge informationnel et aux phénomènes massifs de désinformation et d’infotoxication, aux fake news et aux campagnes d’ « infox », exacerbées en période de grave crise ? C’est le cas face aux réseaux sociaux et aux mass-médias qui pilonnent l’attention des individus jusqu’à relayer parfois de fausses rumeurs, tandis que l’information gratuite et l’infosnacking mal contrôlées font des ravages. Comme le disait déjà en 1971 le touche-à-tout et prix Nobel d’économie Herbert Simon « une abondance d'information crée une rareté d'attention ».


Pour bien saisir cette rareté de l’attention, il faut tout d’abord comprendre l’économie de l’information.


L’information rigoureuse est coûteuse à produire : il faut détecter, décrypter, l’analyser puis la mettre en forme. En revanche, un copier-coller se fait en seulement trois clics, tandis qu’une information fausse, mais spectaculaire pour être bien relayée, peut se diffuser en quelques dizaines de signes sur les réseaux sociaux. Au-delà de la malhonnêteté de certains émetteurs d’informations, il faut rappeler que les produits d’information sont largement régis par des modèles économiques à coûts fixes. Les producteurs d’information sont incités, une fois les coûts fixes couverts, à vendre l’information au coût marginal qui est proche de zéro. Cette quasi-gratuité de l’information permet à des opérateurs de constituer de larges audiences qu’il faut monétiser auprès de tiers, notamment auprès des annonceurs publicitaires. On comprend alors que ce coût marginal nul, favorisé par les technologies numériques, est une incitation à l’avalanche d’informations. Et les conséquences du déluge informationnel sont innombrables pour les organisations, les marques, les clients, les investisseurs et tous ceux qui dépendent de l’information.


Pour espérer capter l’attention de leur cible, les entreprises ont deux modes d’actions différents, mais parfois complémentaires.


• Le premier mode d’action consiste à occuper autant que possible l’espace médiatique en produisant des messages répétitifs et forts. C’est le modèle de la publicité traditionnelle, hérité de la consommation de masse et des mass media, celui des blockbusters et d’Hollywood dont les marques sont encore friandes. C’est aussi d’un certain point de vue le modèle des réseaux sociaux au contenu toutefois moins exclusif car celui-ci peut être dupliqué, modifié voire détourner par tout à chacun. Le problème face à ce déluge d’informations, c’est que l’attention est limitée. Dès lors, ces messages doivent se faire toujours plus omniprésents, originaux, marquants afin d’interpeler le client et susciter son engagement. Or, cette quête conduit à une surenchère publicitaire ou d’informations qui alimente une défiance croissante des consommateurs envers le support publicitaire, ses messages et l’utilisation des données personnelles qui leur est consubstantiel.


• Pour espérer capter l’attention de leur cible, les marques peuvent aussi choisir d’être pertinentes. Il s’agit pour cela d’exister en s’intégrant de façon beaucoup plus subtile et précise dans l’univers du client. Cela passe par tout un éventail de pratiques, du développement d’une marque relationnelle à une vraie stratégie de communication omnicanale moins intrusive et avec des contenus premium, en passant par un meilleur ciblage de l’audience ou une meilleure mesure de l’attention accordée. Cette approche se décline avec des outils de brand content, par lesquels la marque associe ses valeurs à un contenu éditorial à haute valeur ajoutée, ou encore avec des outils de native advertising, un concept proche qui définit le fait pour une marque de produire des contenus totalement intégrés dans le flux d’information.


La question de la rareté de l’attention se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité que progresse les faits alternatifs, l’intox et autres post-vérité, fake news, hoax et réinformation. Plus d’informations se traduit alors par toujours plus de désinformation. Dans ce contexte, seules des marques à forte réputation, et qui motivent des comportements managériaux éthiques au sein de l’entreprise, garderont demain toute l’attention des clients et de leurs partenaires.

Collaborateur au sein du groupe Xerfi depuis 2005, Philippe Gattet est directeur d’études Xerfi-Precepta. Il compte parmi ses sujets de prédilection l’énergie, la construction, l’immobilier, les services collectifs ainsi que les services aux entreprises à haute valeur ajoutée. Il est également responsable des vidéos sectorielles et pédagogiques de Xerfi.



VIDÉO

3749850
vidéoLes médias numériques en route vers la consolidation

VIDÉOLes réseaux sociaux et les plateformes e-commerce concentrent désormais une part prépondérante des dépenses des annonceurs. Un contexte qui pousse les médias numériques à [...]

19/07/2021

AVIS D'EXPERT

vidéoLes big tech prennent peu à peu le pouvoir dans la publicité locale

AVIS D'EXPERT Rappelons en préambule que les recettes de la publicité locale ont plongé de 16% en 2020 à 2,7 milliards d’euros. Les périodes de confinement, de couvre-feu ainsi que les [...]

12/07/2021

Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER