PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
PRÉVISIONS SECTORIELLES

Rebond incomplet pour l'industrie automobile en 2021

Découvrez les prévisions de Xerfi

Publié le 16 Décembre 2020

La production d’automobiles est tombée à zéro pendant le confinement, avant une réouverture de toutes les usines terminales courant mai. Dans le sillage du marché automobile européen, le rebond de la production a été progressif. Il est revenu à son niveau d’avant-crise en septembre, mais les nouvelles mesures sanitaires prisent en Europe ont de nouveau tiré vers le bas les ventes de voitures neuves. Les constructeurs ont ainsi déjà annoncé des mesures fortes d’ajustement de la production. Au final, l’activité de l’industrie automobile aura lourdement chuté en 2020 (-29%), tirée vers le bas par l’activité de construction de véhicules (-32%) alors que la fabrication d’équipements a un peu mieux résisté (-27%). Une partie de cet effondrement est indépendante de la crise sanitaire et résulte de l’impact des délocalisations initiées au 2nd semestre 2019 (Clio, 208, 2008) et de fortes réductions de production décidées en 2019 (Micra et Smart notamment).

Malgré un important rebond, l’activité ne reviendra pas à son niveau d’avant crise en 2021. L’essentiel de la croissance proviendra de l’effet de comparaison favorable avec les périodes de confinement. Outre le redressement (partiel) du marché, les lancements de l’Opel Mokka à Poissy et de la Yaris Cross à Valencienne contribueront au rebond de l’activité après un exercice 2020 marqué par les délocalisations. Et même si le site de Flins est condamné, l’arrêt de la production de véhicules n’interviendra pas avant 2023. En revanche, la décision de Daimler de vendre son usine française au lieu d’y lancer comme prévu un SUV électrique est un gros coup dur pour le secteur. Et du côté des équipementiers, les fermetures et réductions de capacités de nombreux sites rendent illusoires tout retour aux niveaux d’activité d’avant-crise.

 



Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +