PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI FIL D'INFO CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

Le logement intermédiaire, une piste à creuser pour les bailleurs sociaux

Décryptage

Publié le 02 Mars 2020

Et si le logement intermédiaire était la solution pour faire (re)venir les classes moyennes dans les grandes agglomérations, et en particulier dans les zones tendues comme l’Ilede-France ? Méconnu, ce type de logement du parc locatif (social ou non) dont les niveaux de loyers se situent entre le marché social et le marché libre, pourrait bien séduire. A l’évidence : les enseignants, infirmiers, indépendants, commerçants et autres petits entrepreneurs mais aussi certains acteurs de l’immobilier. Ce segment représente aujourd’hui moins de 10% des ventes de logements neufs en France. Mais le nombre de nouveaux logements intermédiaires mis sur le marché pourrait bien fortement augmenter à l’avenir. CDC Habitat envisage en effet d’en faire sortir de terre 45 000 d’ici 2029 sous la marque Vivelli. In’li (Action Logement) ambitionne pour sa part à cette même échéance d’en réaliser 80 000. Car les bailleurs sociaux, longtemps méfiants entre la crainte d’être vassalisés par CDC Habitat et le risque de financiarisation du secteur de l’immobilier social, sont désormais à la manœuvre. Leur objectif est triple. D’abord, il s’agit d’occuper le terrain pour ne pas se laisser distancer sur ce segment prometteur. Ensuite, s’y positionner permet de se préparer aux évolutions futures puisque le modèle de financement du logement intermédiaire, désormais accessible aux investisseurs privés, peut être considéré comme le modèle d’avenir du logement social. Enfin, c’est une bonne façon de maintenir le lien avec les collectivités locales puisque les projets de logements intermédiaires ont vocation à prendre place dans les zones tendues, justement là où les bailleurs rencontrent des difficultés. Après Action Logement, ICF Habitat ou Batigère ont ainsi créé des filiales ad hoc ou ont réorienté l’activité de sociétés existantes vers l’intermédiaire. Dans leur sillage, des sociétés de gestion d’actifs immobiliers spécialisées dans l’intermédiaire sont apparues. Celles-ci sont généralement adossées à des investisseurs institutionnels qui trouvent dans le logement intermédiation un moyen de diversifier leur portefeuille. Ce regain d’intérêt a néanmoins des limites. Le potentiel du marché du logement intermédiaire doit en effet s’analyser par agglomération. A Paris, les écarts de prix avec le parc privé sont d’environ 40%. Certaines communes limitrophes de la capitale, avec des loyers inférieurs d’environ 30% par rapport à ceux du marché libre, ont aussi du potentiel pour les acteurs du logement intermédiaire. A l’inverse, l’intermédiaire n’est pas une solution à Marseille où les plafonds de ressources applicables sont proches des niveaux moyens du parc privé. En clair, le ciblage des programmes est une nécessité. Ce qui signifie que le potentiel du marché du logement intermédiaire donnera surtout sa pleine mesure en Ile-de-France.

Collaborateur de Xerfi depuis 2007 et aujourd'hui directeur d'études, Vincent Desruelles est expert dans les domaines de l’immobilier, du bâtiment et des services. Il est titulaire d’un master en expertise économique du développement à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.




Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.

J’accepte En savoir +