PUBLICATIONS UNE ÉTUDE SUR-MESURE ? ABONNEMENTS DÉCOUVRIR XERFI BLOG CONTACT
Assurance - banque - financeInnovations - technologiesImmobilier - constructionAgroalimentaire - biens de consoDistribution - luxe - médiaServices aux ménages - santé - loisirsServices aux entreprisesIndustrie - énergie - transportsEmploi - relations sociales TOUT LE CATALOGUE
0Connexion
PUBLICATIONSRESULTATS


FIL D'INFO - LE BLOG DES SECTEURS

L'actualité des secteurs, analyses économiques et prévisions des experts de Xerfi.
< Revenir sur le blog
AVIS D'EXPERT

La crise complique la donne pour les assureurs sur le marché des microentreprises, TPE et PME

Trois questions à Sabine Gräfe

Publié le 22 Octobre 2020




Quelles seront les conséquences de la pandémie pour le marché de l’assurance des microentreprises, TPE et PME ?

La crise née de la pandémie s’annonce lourdes de conséquences pour ce marché. Ces cibles de clientèles seront à l’évidence les plus sévèrement touchées en termes d’activité, de défaillances et d’emplois détruits. Dit autrement, cela pèsera sur les cotisations. Un rapide état des lieux suffit pour bien comprendre la situation. Sur le front des cotisations dommages, le bilan de l’exercice 2020 sera mauvais puisqu’un certain nombre de contrats sont indexés sur les revenus d’activité. De la même façon, en matière de protection sociale complémentaire, le recul inédit de la masse salariale cette année aura des répercussions sur les contrats concernés. Enfin, la crise impacte également les créations d’entreprises. Sur les quatre premiers mois de l’année, le nombre de nouvelles entreprises créées a ainsi reculé de 14%. Ce qui, en toute logique, ampute le marché de contrats potentiels. En réalité, si la crise ne remet pas en cause l’attrait du marché des microentreprises, TPE et PME, elle complique sérieusement la donne à court terme pour les acteurs de l’assurance. La période à venir devrait même se traduire par une intensification de la concurrence sur fond d’une crise d’image (avec la polémique sur les garanties pertes d’exploitation) qui pénalisera certains opérateurs quand d’autres en profiteront. A plus long terme, les facteurs d’attractivité du marché restent toutefois entiers. Il s’agit en effet d’un marché de volume qui couvre la quasi-totalité du tissu économique de la France (soit plus de 4,7 millions d’entreprises). Soulignons aussi que la présence des bancassureurs y est encore modeste. Par ailleurs, le législateur a propulsé le marché sur le devant de la scène en généralisant notamment l’assurance santé à l’ensemble des salariés du privé en 2016 ou en réformant l’épargne retraite en 2019. Sans oublier que les taux d’équipement de ces clientèles recèlent encore de belles marges de progression et que les microentreprises, TPE et autres PME sont des cibles qui se prêtent aux logiques de multi-équipement.

 

Comment la polémique sur les garanties pertes d’exploitation peut-elle faire le jeu des bancassureurs ?

Âprement disputé, le marché le sera encore davantage demain sous l’effet des offensives des bancassureurs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les principaux instigateurs des indemnisations extracontractuelles sont issus de leurs rangs. Malmenés sur leur cœur de métier par un environnement de taux défavorable, les groupes bancaires ont accéléré leur diversification dans l’assurance. Notons au passage que si l’assurance représente aujourd’hui 7% de leur produit net bancaire cumulé, elle contribue à hauteur de 15% à leur résultat net avant impôt. Et après leurs premières incursions sur le marché des microentreprises, TPE et PME via l’assurance de personnes, les banques s’orientent de plus en plus vers la couverture des risques dommages. Et elles ne manquent pas d’atouts entre une clientèle professionnelle captive, des réseaux intégrés d’une densité sans commune mesure avec celle de la plupart des acteurs de l’assurance ou encore leur rôle de soutien au tissu économique avec la distribution des prêts garantis par l’Etat (PGE). Dans ce contexte, il y a de fortes chances que cette intensification de la concurrence accélère le processus de consolidation et de convergence des portefeuilles d’activités des opérateurs.

 

Quelles sont les approches privilégiées dans ce contexte ?

Si la crise n’invalide pas les initiatives en cours (adaptation et enrichissement des offres, optimisation des dispositifs commerciaux et de relation clients...), elle exacerbe l’importance des approches conseils et services. La période actuelle propulse les problématiques de fidélisation au premier plan. Elle interpelle également les acteurs traditionnels sur leurs stratégies digitales alors que le confinement a été à l’origine d’une crise massive des usages. Sans oublier les start-up qui se tiennent en embuscade et rivalisent d’initiatives. Par ailleurs, les assureurs de la Fédération française de l’assurance (FFA) ont élaboré un projet de contrat baptisé Catex, basé sur un partenariat public-privé. Présenté en juin dernier, celui-ci, qui prévoit de prendre en charge le risque de pandémie aujourd’hui explicitement exclu de plus de 93% des garanties pertes d’exploitation, doit servir de base à des discussions ultérieures entre les parties prenantes.

Collaboratrice de Xerfi depuis 1994, Sabine Gräfe est Directrice d'études et experte dans les secteurs Assurance-Banque-Finance. Elle est titulaire d’un master de l’Université Paris X-Nanterre en monnaie et finance.




logo POUR APPROFONDIR
Les stratégies des assureurs sur le marché des microentreprises, TPE et PME

Impacts de la crise, stratégies, risques et opportunités sur un marché toujours plus disputé

VIDÉO

3749519
vidéoOccasion, full-service, nouvelle expérience client... : les acteurs du leasing affûtent leurs armes

VIDÉOLe marché du leasing a fait mieux que simplement résister à la crise, malgré des investissements en berne. Selon l’étude Xerfi Precepta, la baisse du chiffre d’affaires [...]

07/04/2021

AVIS D'EXPERT

vidéoLa crise accentue les fractures entre les organismes d'assurance santé

AVIS D'EXPERT Le marché de l’assurance santé se reconfigure à vitesse grand V. La crise sanitaire a en effet accentué les fractures entre les organismes complémentaires d’assurance [...]

07/04/2021

CONJONCTURE

vidéoRechute du climat des affaires dans les services

CONJONCTUREAprès une légère rechute en février, l’enquête du mois de mars a montré une nette amélioration du climat des affaires dans les services. L’évolution positive est [...]

03/04/2021

Information

x

CONFIRMATION D’AJOUT AU PANIER

x
Caddie 0

L'étude a bien été ajoutée au panier.

Voir mon panier et acheter > < Continuer mes achats

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Le groupe Xerfi utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER