ACCUEIL  I  Groupe Xerfi   I  TOUTES NOS VIDEOS
The Direct
    Activ  
   

La France et ses multinationales

Visitez le blog du livre

www.lafranceetsesmultinationales.com

 
 
Previsis
 

La chaîne de la réflexion économique
avec Laurent Faibis

Vidéo de la conférence
 
0:47
 
Previsis
 

Les marges déstabilisées
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexander Law
 
7:23
 

La flambée des matières premières
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexander Law
 
7:21
 

La Chine va changer de moteur
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
8:40
 

Le Royaume-Uni s'enfonce dans la crise
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
6:32
 

L'économie Japonaise : de Charybde en Scylla
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
5:34
 

Les entreprises en confiance, pas les ménages
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
7:48
 

Conjoncture France et Internationale
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
7:04
 
Secteur&Marché
 

Des conséquences en chaîne
dans l'économie internationale
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
6:21
 

L'industrie nucléaire mondiale remise
en question
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de Aurélien Duthoit
 
4:52
 

La guerre des business schools
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de Aurélien Duthoit
 
7:07
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 
Secteur&Marché
 

Le grand virage de l'industrie pharmaceutique
avec Alexandre Boulègue

Vidéo de Alexandre Boulègue
 
6:59
 

La voiture électrique : promesses et réalités
avec Philippe Gattet

Vidéo de Philippe Gattet
 
6:46
 

Le défi majeur des cabinets d'audit
et d'expertise comptable.
avec Ludovic Melot

Vidéo de Ludovic Melot
 
7:50
 

L'autopartage, le libre service automobile
avec Alexandre Boulègue

Vidéo d'Alexandre Boulègue
 
6:55
 

Immobilier de logement 2011-2015 :
les prévisions de Xerfi
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo de Philippe Gattet
 
7:50
 

L'éolien : un mirage industriel pour la France
avec Philippe Gattet

Vidéo de Philippe Gattet
 
6:16
 
 
Previsis
 

Le central Banking après la crise
avec Jean-Paul Betbèze

Vidéo de Françoise Benhamou
 
15:45
 

Une fiscalité punitive ou incitative ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
18:33
 

Grandes écoles
et déficit d'entrepreneuriat
avec Laurent Faibis

Vidéo de Laurent Faibis
 
10:09
 

Une crise de transition du système technique
avec Michel Volle

Vidéo de Michel Volle
 
13:48
 
Previsis
 

Les vrais enjeux de la fiscalité
avec Christian Saint-Etienne

Vidéo de Christian Saint-Etienne
 
19:47
 

Le choc des énergies
avec Jean-Marie Chevalier

Vidéo de Laurent Bigorgne
 
31:24
 

Adapter la formation de nos ingénieurs
à la mondialisation
avec Laurent Bigorgne

Vidéo de Laurent Bigorgne
 
19:33
 

Clacement ou stratégies
des grandes écoles ?
avec Jean-François Fiorina

Vidéo de Jean-François Fiorina
 
28:50
 

Les grandes écoles, la France
et le défi mondial
avec Pierre Tapie

Vidéo de Pierre Tapie
 
31:10
 

La fin de l'euro
avec Christian Saint-Etienne

Vidéo de Benoît Mafféi
 
29:03
 

L'Allemagne peut-elle servir d'exemple ?
avec Benoît Mafféi

Vidéo de Benoît Mafféi
 
29:03
 

Le Mittelstand,
au cœur de la compétitivité allemande
avec Isabelle Bourgeois

Vidéo d'Isabelle Bourgeois
 
30:47
 

Le socialisme de l'excellence
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
19:50
 

Pour la création d'une autorité supranationale de sûreté nucléaire
avec Pierre Gadonneix

Vidéo de Pierre Gadoneix
 
28:52
 

Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur
avec Michel Godet

Vidéo de Michel-Godet
 
27:51
 

La dictature de l'urgence
avec Gilles Finchelstein

Vidéo de Gilles Finchelstein
 
19:48
 

Enquête sur la formation des élites
avec François Garçon

Vidéo de François Garçon
 
27:57
 

Un patron de PME face à la crise
avec Nicolas Doucerain

Vidéo de Nicolas Doucerain
 
30:51
 

La concurrence dans les médias numériques
avec Anne Perrot

Vidéo de Anne Perrot
 
32:41
 

Pour une politique de consommation durable en France
avec Vincent Chriqui

Vidéo de Vincent Chriqui
 
19:13
 

Qu'est-ce que l'innovation ?
avec Franck Barnu

Vidéo de Franck Barnu
 
28:37
 

L'industrie française peut-elle encore
résister à l'Allemagne ?
avec Francis Mer

Vidéo de Francis Mer
 
34:19
 

Quels pouvoirs des régulateurs
sur les marchés ?
avec Jean-Pierre Jouyet

Vidéo de Jean-Pierre Jouyet
 
29:54
 

La France est-elle finie ?
avec Jean-Pierre Chevènement

Vidéo de Jean-Pierre Chevènement
 
29:40
 

Quand la France disparaît du monde
avec Nicolas Tenzer

Vidéo de la conférence
 
34:29
 

Quand l'Europe s'éveillera
avec Laurent Cohen-Tanugi

Vidéo de la conférence
 
14:45
 

Quel avenir pour l'euro et la zone euro ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
21:31
 

La guerre économique
avec Christian Harbulot

Vidéo de la conférence
 
35:06
 

La lutte contre les paradis fiscaux
avec François d'Aubert

Vidéo de la conférence
 
33:11
 

Point de vue d'un dirigeant
de multinationale
avec Henri Lachmann

Vidéo d'Henry Lachmann
13:16
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 

2011, la France à quitte ou double
avec Jean-Paul Betbèze

Vidéo de la conférence
29:56
 

Logement, finance locale et Grand Paris
avec Claude Bartolone

Vidéo de la conférence
32:09
 

Nouveaux rapports de force mondiaux et présidence française du G20
avec Thierry de Montbrial

Vidéo de la conférence
6 décembre  2010
29:56
 

Prévisions économiques 2011 2012
de Xerfi
Face à la guerre économique

Vidéo des prévisions économiques 2011-2012 de Xerfi
Décembre  2010
 
 

Pour une stratégie industrielle en France
avec Pierre Gattaz

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
28:44
 

Après le G20, quelles issues pour les déséquilibres monétaires ?
avec Anton Brender

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
24:50
 

Une multinationale française face à la mondialisation
avec Xavier Fontanet

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
30:57
 

Le plan de relance de la France :
quel bilan ?
avec Patrick Devedjian

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
31:51
 

La guerre monétaire aura-t-elle lieu ?
avec christian de Boissieu

Vidéo de la conférence
4 novembre  2010
31:12
 

La Russie :
Quelle stratégie de puissance ?
avec Catherine Durandin

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
35:02
 

Mutations du marché mondial de l'art
avec Guillaume CERUTTI

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
34:58
 

L'Europe, après la globalisation :
l'effet boomerang?
avec Hervé JUVIN

Vidéo de la conférence
28 octobre  2010
33:04
 

Quelle réforme de la fiscalité
pour demain ?
avec Philippe MARINI

Vidéo de la conférence
20 octobre  2010
30:27
 

Quel avenir pour la vidéo
sur Internet et les supports mobiles ?
avec Cédric TOURNAY

Vidéo de la conférence
7 octobre  2010
23:59
 

L'europe et le couple Franco-Allemand
face à la crise
avec Hubert VEDRINE

Vidéo de la conférence
6 octobre  2010
30:17
 

Histoire vivante de la pensée économique
avec Jean-Marc DANIEL

Vidéo de la conférence
5 octobre  2010
40:29
 

Guerre et Paix au XXIème siècle
avec Christian SAINT ETIENNE

Vidéo de la conférence
28 septembrei  2010
25:08
 

Colloque Xerfi : La finance face à l'emploi
Logique des marchés
et relocalisation des activités

Vidéo de la conférence
15 juin 2010
 
 

La refondation du système n'aura pas lieu
avec Elie COHEN

Vidéo de la conférence
11 mai  2010
36:46
 

 

 
Les marges déstabilisées
par Alexandre Mirlicourtois

Gris
Télécharger vidéo

Télécharger la vidéo
  Télécharger le PDF de l'intervention  

 

Le moral des industriels est étonnant bon. En mars dernier, il a atteint son plus haut niveau depuis 3 ans et il se repositionne ainsi sur sa base d'avant crise. Mieux, l'avenir semble radieux. Selon les chefs d'entreprise, les perspectives de production sont à un sommet depuis 35 ans, c'est-à-dire 1976 date du début de l'enquête. Il est vrai que la production industrielle était en janvier en hausse de 6,8% par rapport au même mois de l'année précédente et elle se situe sur une pente croissante depuis un an. Signe le plus évident de cette embellie printanière, les trésoreries sont très confortables. D'abord, celles des grands groupes, mais pas seulement, puisque près de 9 industriels sur 10 déclarent n'avoir aucune difficulté de trésorerie.

Et pourtant. A y regarder de plus près, ces enquêtes ne mesurent pas les dégâts causés par la récession sur le tissu industriel. Or la multiplication des défaillances a abaissé notre potentiel de production. En d'autres termes, une partie des capacités de production de l'industrie manufacturière a été détruite pendant la crise. La production industrielle est certes en hausse de près de 13% depuis son point bas d'avril 2009, mais elle reste inférieure encore de 10% à son niveau du début 2008 et elle a, simplement, retrouvé sa valeur de la fin 97. A trop se concentrer sur les chiffres de la croissance, on oublie un peu trop rapidement que le niveau d'activité, lui, reste enfoncé.

En outre, les premiers doutes apparaissent sur la persistance de ce climat euphorique. La première crainte, c'est celle des conséquences de l'envolée des cours des matières premières sur les marges. Des métaux (précieux on non), aux minerais en passant par les produits agro-industriels (pâte à papier, caoutchouc) jusqu'aux fibres naturelles sans oublier l'énergie, les cours de toutes les matières premières flambent. Depuis janvier 2010, le prix de l'aluminium s'est élevé de 13%, celui du cuivre de 29%, le Brent de 49% jusqu'à la progression record de 156% établie par le coton. A l'évidence, les coûts d'approvisionnement vont lourdement peser dans les comptes des entreprises en 2011. Et la question centrale, cette année, va être celle de la capacité des industriels à répercuter à leur client tout ou partie de la hausse subie.

Et l'exemple de l'agroalimentaire ne pousse pas à un excès d'optimisme en la matière. L'envolée des prix des matières premières agricoles conjuguée à la hausse de l'énergie et des emballages, ont rendu plus âpres les négociations avec la grande distribution. Aux termes de discussions très animées, les attentes des professionnels ont été déçues avec des hausses de prix de 2% maximum. Très simplement, selon les représentants de la profession, cela signifie que « les industries agroalimentaires ont dû prendre à leur charge 60% des augmentations des matières premières ». Pour l'industrie manufacturière, la situation est à peine moins délicate. Certes, les prix à la production évoluent désormais sur un rythme supérieur à 5%. C'est conséquent, mais certainement pas assez pour éviter un pincement des marges. Seule solution faire pression en amont sur les fournisseurs et la masse salariale.

A ce choc sur les matières premières est venu s'ajouter celui des répercussions des catastrophes au Japon. Moins d'un mois après le séisme, le tsunami et la crise nucléaire, les ruptures d'approvisionnement de composants électroniques se font déjà sentir chez de nombreux intégrateurs, dans des secteurs aussi divers que l'automobile, les télécommunications mobiles, l'informatique, et même l'industrie photovoltaïque. Du côté des constructeurs automobiles, certaines chaînes de montage ont tourné au ralenti courant mars quand elles n'ont pas été à l'arrêt. Peugeot, par exemple, a été contraint de réduire la production d'une partie de ses usines européennes pour s'adapter au risque de pénurie d'un composant de moteur diesel fabriqué par Hitachi. La production à Poissy et Aulnay en France, Vigo et Madrid en Espagne, ou Trnava en Slovaquie, est tombée à 40-50% des capacités. Les usines de Sochaux, Mulhouse et Sevelnord, près de Valenciennes, tournent quant à elles à environ 75% de leurs charges. C'est une brutale prise de conscience des limites de la gestion en flux tendus ou du zéro stock. Le moindre grain de sable, retard ou assèchement brutal des approvisionnements, et les cadences de production chutent. Cela illustre aussi les conséquences de la complexité des chaînes de valeur à l'échelle mondiale. A la recherche des coûts les plus bas, les entreprises ont fragmenté leur activité entre les pays, au risque de voir tout leur équilibre bouleversé en cas de défaillance d'un des maillons de la chaîne. C'est très clairement la situation qui se dessine aujourd'hui.

Le risque encouru au niveau national est bien évidemment celui d'un coup d'arrêt au nouvel élan industriel. Il serait fatal à notre croissance car il ne faudra pas compter cette année sur une quelconque accélération des dépenses des ménages. Le marché du travail est grippé, les créations d'emplois sont faibles, le taux de chômage ne parvient visiblement pas à s'éloigner de la barre des 10%, l'inflation ressurgit et les revalorisations salariales sont bloquées ou presque. Pour un pays dont le modèle de croissance et le système fiscal sont basés sur l'hypertrophie de la consommation et des dépenses de l'Etat, cela conduit irrémédiablement à une croissance léthargique, inférieure à 1,5% selon notre scénario aussi bien en 2011 qu'en 2012.

l est donc impératif que l'industrie prenne le relais. A cet égard le gel des salaires peut redonner de la compétitivité à nos entreprises. Sur ce point précis des salaires, l'écart se creuse même avec l'Allemagne qui fait partie du club très fermé des pays occidentaux en mesure d'augmenter leurs salariés. Certes, cela arrive après une très longue période de stricte modération salariale pendant que se reconstituaient les profits des entreprises. Mais les chiffres bruts n'en sont pas moins impressionnants. Les 550 000 employés du secteur allemand de la chimie vont ainsi voir leur rémunération progresser de 4,1%, ceux de la sidérurgie de 5,2%. Volkswagen et le syndicat allemand IG Metall se sont mis d'accord sur une hausse des salaires de 3,2% au 1er mai et une prime exceptionnelle de 500 euros, des mesures qui bénéficieront à environ 100 000 employés. C'est finalement une bonne nouvelle pour l'économie française. Non parce que les ménages allemands vont se mettre à consommer beaucoup plus de produits « made in France », l'effet sera en fait marginal sur les biens de consommation. Mais bien plus parce que les hausses de salaires outre-Rhin vont grever (un peu) la compétitivité des entreprises allemandes et redonner du lustre (un peu) aux industriels français. La France a une carte à jouer les prochaines années et une fois n'est pas coutume, c'est celle de son industrie.

 
   
 


L'engagement citoyen
 :

Le Groupe Xerfi  entend participer activement à la réflexion sur les grands en jeux économiques.  Il mobilise à cette fin sa connaissance approfondie de l'économie mondiale et de tous les secteurs économiques, son expertise,  sa liberté d'analyse et de diagnostic conférée par son indépendance statutaire et financière.

Le Groupe Xerfi offre cinq niveaux d'accès à la connaissance économique:

  • L'analyse et la prévision sur le panorama complet des secteurs par Xerfi France,
  • Le décryptage des stratégies concurrentielles des entreprises par Precepta,
  • L'analyse du tissu français de sociétés par Xerfi Entreprises,
  • L'ouverture aux études des secteurs, des marchés et des groupes au plan mondial par Xerfi Global
  • Les grandes prévisions macro-économiques sur la France et l'international par Xerfi Previsis
 
 

www.xerfi.fr

 
Télécharger le player flash