ACCUEIL  I  Groupe Xerfi   I  TOUTES NOS VIDEOS
The Direct
    Activ  
   

La France et ses multinationales

Visitez le blog du livre

www.lafranceetsesmultinationales.com

 
 
Previsis
 

La chaîne de la réflexion économique
avec Laurent Faibis

Vidéo de la conférence
 
0:47
 
Previsis
 

La Chine va changer de moteur
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
8:40
 

Le Royaume-Uni s'enfonce dans la crise
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
6:32
 

L'économie Japonaise : de Charybde en Scylla
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
5:34
 

Les entreprises en confiance, pas les ménages
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
7:48
 

Conjoncture France et Internationale
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
7:04
 
Secteur&Marché
 

Des conséquences en chaîne
dans l'économie internationale
avec Alexander Law

Vidéo d'Alexander Law
 
6:21
 

L'industrie nucléaire mondiale remise
en question
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de Aurélien Duthoit
 
4:52
 

La guerre des business schools
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de Aurélien Duthoit
 
7:07
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 
Secteur&Marché
 

Le défi majeur des cabinets d'audit
et d'expertise comptable.
avec Ludovic Melot

Vidéo de Ludovic Melot
 
7:50
 

L'autopartage, le libre service automobile
avec Alexandre Boulègue

Vidéo d'Alexandre Boulègue
 
6:55
 

Immobilier de logement 2011-2015 :
les prévisions de Xerfi
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo de Philippe Gattet
 
7:50
 

L'éolien : un mirage industriel pour la France
avec Philippe Gattet

Vidéo de Philippe Gattet
 
6:16
 
 
Previsis
 

Une fiscalité punitive ou incitative ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
18:33
 

Grandes écoles
et déficit d'entrepreneuriat
avec Laurent Faibis

Vidéo de Laurent Faibis
 
10:09
 

Une crise de transition du système technique
avec Michel Volle

Vidéo de Michel Volle
 
13:48
 
Previsis
 

Le socialisme de l'excellence
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
19:50
 

Pour la création d'une autorité supranationale de sûreté nucléaire
avec Pierre Gadonneix

Vidéo de Pierre Gadoneix
 
28:52
 

Bonnes nouvelles des conspirateurs du futur
avec Michel Godet

Vidéo de Michel-Godet
 
27:51
 

La dictature de l'urgence
avec Gilles Finchelstein

Vidéo de Gilles Finchelstein
 
19:48
 

Enquête sur la formation des élites
avec François Garçon

Vidéo de François Garçon
 
27:57
 

Un patron de PME face à la crise
avec Nicolas Doucerain

Vidéo de Nicolas Doucerain
 
30:51
 

La concurrence dans les médias numériques
avec Anne Perrot

Vidéo de Anne Perrot
 
32:41
 

Pour une politique de consommation durable en France
avec Vincent Chriqui

Vidéo de Vincent Chriqui
 
19:13
 

Qu'est-ce que l'innovation ?
avec Franck Barnu

Vidéo de Franck Barnu
 
28:37
 

L'industrie française peut-elle encore
résister à l'Allemagne ?
avec Francis Mer

Vidéo de Francis Mer
 
34:19
 

Quels pouvoirs des régulateurs
sur les marchés ?
avec Jean-Pierre Jouyet

Vidéo de Jean-Pierre Jouyet
 
29:54
 

La France est-elle finie ?
avec Jean-Pierre Chevènement

Vidéo de Jean-Pierre Chevènement
 
29:40
 

Quand la France disparaît du monde
avec Nicolas Tenzer

Vidéo de la conférence
 
34:29
 

Quand l'Europe s'éveillera
avec Laurent Cohen-Tanugi

Vidéo de la conférence
 
14:45
 

Quel avenir pour l'euro et la zone euro ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
21:31
 

La guerre économique
avec Christian Harbulot

Vidéo de la conférence
 
35:06
 

La lutte contre les paradis fiscaux
avec François d'Aubert

Vidéo de la conférence
 
33:11
 

Point de vue d'un dirigeant
de multinationale
avec Henri Lachmann

Vidéo d'Henry Lachmann
13:16
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 

2011, la France à quitte ou double
avec Jean-Paul Betbèze

Vidéo de la conférence
29:56
 

Logement, finance locale et Grand Paris
avec Claude Bartolone

Vidéo de la conférence
32:09
 

Nouveaux rapports de force mondiaux et présidence française du G20
avec Thierry de Montbrial

Vidéo de la conférence
6 décembre  2010
29:56
 

Prévisions économiques 2011 2012
de Xerfi
Face à la guerre économique

Vidéo des prévisions économiques 2011-2012 de Xerfi
Décembre  2010
 
 

Pour une stratégie industrielle en France
avec Pierre Gattaz

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
28:44
 

Après le G20, quelles issues pour les déséquilibres monétaires ?
avec Anton Brender

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
24:50
 

Une multinationale française face à la mondialisation
avec Xavier Fontanet

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
30:57
 

Le plan de relance de la France :
quel bilan ?
avec Patrick Devedjian

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
31:51
 

La guerre monétaire aura-t-elle lieu ?
avec christian de Boissieu

Vidéo de la conférence
4 novembre  2010
31:12
 

La Russie :
Quelle stratégie de puissance ?
avec Catherine Durandin

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
35:02
 

Mutations du marché mondial de l'art
avec Guillaume CERUTTI

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
34:58
 

L'Europe, après la globalisation :
l'effet boomerang?
avec Hervé JUVIN

Vidéo de la conférence
28 octobre  2010
33:04
 

Quelle réforme de la fiscalité
pour demain ?
avec Philippe MARINI

Vidéo de la conférence
20 octobre  2010
30:27
 

Quel avenir pour la vidéo
sur Internet et les supports mobiles ?
avec Cédric TOURNAY

Vidéo de la conférence
7 octobre  2010
23:59
 

L'europe et le couple Franco-Allemand
face à la crise
avec Hubert VEDRINE

Vidéo de la conférence
6 octobre  2010
30:17
 

Histoire vivante de la pensée économique
avec Jean-Marc DANIEL

Vidéo de la conférence
5 octobre  2010
40:29
 

Guerre et Paix au XXIème siècle
avec Christian SAINT ETIENNE

Vidéo de la conférence
28 septembrei  2010
25:08
 

Colloque Xerfi : La finance face à l'emploi
Logique des marchés
et relocalisation des activités

Vidéo de la conférence
15 juin 2010
 
 

La refondation du système n'aura pas lieu
avec Elie COHEN

Vidéo de la conférence
11 mai  2010
36:46
 

 

 
La Chine va changer de moteur
par Alexander Law

Gris
Télécharger vidéo

Télécharger la vidéo
  Télécharger le PDF de l'intervention  

 

Aujourd'hui les nuages s'accumulent au-dessus de l'économie chinoise. Ce qu'il faut comprendre c'est que toute la stratégie de puissance et de pouvoir du pays s'est bâtie sur une démarche mercantiliste nécessitant l'accumulation d'excédents commerciaux colossaux. Pourtant, un à un, les voyants virent au rouge. Les prix des matières premières s'envolent, l'inflation, notamment alimentaire, dérape, la compétitivité s'érode et les bulles, en particulière immobilière, s'accumulent, contraignant les autorités à intervenir pour tenter de refroidir l'économie.

En façade, pourtant, la vitrine est alléchante. L'an passé, la croissance du PIB a atteint les 10% après un ralentissement presque imperceptible en 2009. Et pour cette année, malgré les remous internationaux et les catastrophes environnantes, nous continuons d'attendre une croissance de l'ordre de 9,5%. Cette progression à haute vitesse est liée bien entendu à la bonne tenue de l'investissement, mais aussi du commerce extérieur. L'an passé, la Chine a même délogé les Etats-Unis de sa première place mondiale pour le volume de production manufacturière. Bien entendu, les modes de production sont radicalement différents. Pour une production manufacturière comparable, il faut 8 fois plus d'employés en Chine qu'aux Etats-Unis. La valeur ajoutée de la production est également radicalement différente. Pour un Iphone « Assembled in China », dont le coût est estimé à 189 dollars, seuls 6,5 dollars reviennent in fine à la Chine. Une misère.

Ce positionnement sur une industrie d'entrée de gamme et très intensive en main d'œuvre, a porté un temps la croissance chinoise. Elle l'a même propulsé très haut. Mais ce positionnement sectoriel semble aujourd'hui avoir fait long feu. Les autorités chinoises auront pourtant tout fait pour que le yuan reste sous-évalué. Hors de question de voir s'éroder par ce biais la compétitivité des produits Made in China, au risque de s'attirer les foudres de ses « partenaires » commerciaux, Washington en tête. Le retour de bâton à été cinglant. Avec ses programmes d'assouplissement quantitatifs, autrement dit en faisant tourner massivement la planche à billets, la réserve fédérale américaine a réussi le coup parfaite en écornant sérieusement la compétitivité chinoise. Le déferlement de liquidités dans l'économie internationale s'est en effet rapidement traduit par un dérapage des cours des grandes matières premières. Immédiatement la Chine a été confrontée à une hausse de ses coûts de production et des prix des produits alimentaires, qui constituent une part déterminante du panier de la ménagère. L'effet a été immédiat : de 3% à la mi-2010, l'inflation officielle est aujourd'hui passée à 4,9%, soit 1 point de plus que l'objectif officiel. Le risque, dans ces circonstances est de mécontenter une population déjà soucieuse de son pouvoir d'achat. Doit-on dès lors s'étonner que l'Etat chinois ait dépensé plus l'année dernière pour assurer sa sécurité intérieure que pour sa défense extérieure ? Les autorités ont également dû accorder des hausses de salaires minimum de l'ordre de 20% dans la plupart des provinces. Cette hausse du coût du travail, l'un des avantages comparatifs majeurs de la Chine, constitue tout autant une atteinte à la compétitivité qu'une appréciation nominale du yuan. Bien sûr, ce n'est pas pour autant que l'industrie américaine ou européenne peut désormais rivaliser par les coûts avec la Chine. Mais cela peut avoir un impact en termes de sourcing. Dans un secteur comme l'habillement, certains groupes occidentaux commencent à s'approvisionner au Vietnam, au Maghreb ou encore en Europe de l'Est sur fond de renchérissement conjoint des cours du coton et du pétrole.

Des coûts qui dérapent, le prix du transport international qui va forcément continuer de s'accroître, tout indique que la Chine devra changer quelque chose à son modèle économique. La stratégie mercantiliste fondamentale reste la même : engranger les excédents commerciaux. Mais le positionnement sectoriel doit obligatoirement évoluer pour s'adapter aux contraintes du marché international. Cette nouvelle tactique passe par une montée en gamme de la production chinoise vers des biens d'équipement à plus forte valeur ajoutée, à l'image de l'Allemagne ou du Japon. Et la Chine a bien d'autres atouts à faire valoir en ce qu'elle peut compter sur l'incroyable envergure et dynamisme de son marché intérieur. C'est plus facile d'être compétitif à l'export quand son marché domestique est déjà immense et permet de réaliser des économies d'échelle. Et puis, comment ne pas prendre en compte l'appui considérable des autorités chinoises qui mettront tout en œuvre pour s'assurer de la réussite de leurs nouveaux géants ? Prenons un exemple : celui de l'industrie ferroviaire. En France on connaît notre champion national, Alstom. On redoute son concurrent allemand, Siemens ou le challenger canadien, Bombardier. Mais que sait-on du Chinois CSR ? Sait-on qu'il a bénéficié de transferts de technologies massifs, qu'il a des accords avec l'Américain GE ? Sait-on que son chiffre d'affaires a plus que doublé au cours des 5 dernières années ? Sait-on enfin que le marché du rail à haute vitesse, à très fort contenu technologique, bénéficie du soutien sans failles de Pékin ? Déjà la Chine compte 4 200 kilomètres de ligne à haute vitesse, soit deux fois plus que la France, pionnière du genre. D'ici 15 ans, il est déjà acté que ce chiffre aura été multiplié par trois. Cette expérience, cette envergure, permettent déjà à CSR de se porter candidate à des appels d'offre à l'international, comme ce faut le cas avec GE en Californie et en Floride. Aujourd'hui, le pari du ferroviaire est en passe d'être relevé dans l'Empire du Milieu. Et rien n'indique que cela ne va pas être encore le cas dans l'aéronautique, où les groupes locaux commencent à s'affirmer et souhaitent se poser en concurrents sérieux d'Airbus et de Boeing.

C'est sans doute aujourd'hui à un basculement que nous sommes en train d'assister. Non pas tant de la stratégie fondamentale de la Chine. L'économie sera dynamisée pendant quelques années encore par l'investissement et le commerce extérieur. Mais nous sommes arrivés à la fin d'une période où l'industrie chinoise était sous-traitante de grands donneurs d'ordre occidentaux et se positionnait essentiellement sur l'entrée de gamme. Désormais, pour poursuivre sa stratégie mercantiliste, la Chine se doit de modifier sa tactique. Place désormais à un positionnement sectoriel, plus haut de gamme, le seul à même de contourner le triple handicap de la hausse des coûts salariaux, des matières premières et du transport. Et c'est un défi de plus qui est lancé aux économies occidentales et japonaise pour résister à cette nouvelle concurrence.

 
   
 


L'engagement citoyen
 :

Le Groupe Xerfi  entend participer activement à la réflexion sur les grands en jeux économiques.  Il mobilise à cette fin sa connaissance approfondie de l'économie mondiale et de tous les secteurs économiques, son expertise,  sa liberté d'analyse et de diagnostic conférée par son indépendance statutaire et financière.

Le Groupe Xerfi offre cinq niveaux d'accès à la connaissance économique:

  • L'analyse et la prévision sur le panorama complet des secteurs par Xerfi France,
  • Le décryptage des stratégies concurrentielles des entreprises par Precepta,
  • L'analyse du tissu français de sociétés par Xerfi Entreprises,
  • L'ouverture aux études des secteurs, des marchés et des groupes au plan mondial par Xerfi Global
  • Les grandes prévisions macro-économiques sur la France et l'international par Xerfi Previsis
 
 

www.xerfi.fr

 
Télécharger le player flash