ACCUEIL  I  Groupe Xerfi   I  TOUTES NOS VIDEOS
The Direct
    Activ  
   

La France et ses multinationales

Visitez le blog du livre

www.lafranceetsesmultinationales.com

 
 
Previsis
 

La chaîne de la réflexion économique
avec Laurent Faibis

Vidéo de la conférence
 
0:47
 
Secteur&Marché
 

Immobilier de logement 2011-2015 :
les prévisions de Xerfi
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo de Philippe Gattet
 
7:50
 

L'éolien : un mirage industriel pour la France
avec Philippe Gattet

Vidéo de Philippe Gattet
 
6:16
 
Secteur&Marché
 

La guerre des business schools
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de Aurélien Duthoit
 
7:07
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 
Previsis
 

Une fiscalité punitive ou incitative ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
18:33
 

Grandes écoles
et déficit d'entrepreneuriat
avec Laurent Faibis

Vidéo de Laurent Faibis
 
10:09
 

Une crise de transition du système technique
avec Michel Volle

Vidéo de Michel Volle
 
13:48
 
Previsis
 

L'économie Japonaise : de Charybde en Scylla
avec Alexandre Mirlicourtois

Vidéo d'Alexandre Mirlicourtois
 
5:34
 
Previsis
 

Enquête sur la formation des élites
avec François Garçon

Vidéo de François Garçon
 
27:57
 

Un patron de PME face à la crise
avec Nicolas Doucerain

Vidéo de Nicolas Doucerain
 
30:51
 

La concurrence dans les médias numériques
avec Anne Perrot

Vidéo de Anne Perrot
 
32:41
 

Pour une politique de consommation durable en France
avec Vincent Chriqui

Vidéo de Vincent Chriqui
 
19:13
 

Qu'est-ce que l'innovation ?
avec Franck Barnu

Vidéo de Franck Barnu
 
28:37
 

L'industrie française peut-elle encore
résister à l'Allemagne ?
avec Francis Mer

Vidéo de Francis Mer
 
34:19
 

Quels pouvoirs des régulateurs
sur les marchés ?
avec Jean-Pierre Jouyet

Vidéo de Jean-Pierre Jouyet
 
29:54
 

La France est-elle finie ?
avec Jean-Pierre Chevènement

Vidéo de Jean-Pierre Chevènement
 
29:40
 

Quand la France disparaît du monde
avec Nicolas Tenzer

Vidéo de la conférence
 
34:29
 

Quand l'Europe s'éveillera
avec Laurent Cohen-Tanugi

Vidéo de la conférence
 
14:45
 

Quel avenir pour l'euro et la zone euro ?
avec Jean-Marc Daniel

Vidéo de Jean-Marc Daniel
 
21:31
 

La guerre économique
avec Christian Harbulot

Vidéo de la conférence
 
35:06
 

La lutte contre les paradis fiscaux
avec François d'Aubert

Vidéo de la conférence
 
33:11
 

Point de vue d'un dirigeant
de multinationale
avec Henri Lachmann

Vidéo d'Henry Lachmann
13:16
 

Electronique de loisirs
avec Aurélien Duthoit

Vidéo de la conférence
 
06:21
 

2011, la France à quitte ou double
avec Jean-Paul Betbèze

Vidéo de la conférence
29:56
 

Logement, finance locale et Grand Paris
avec Claude Bartolone

Vidéo de la conférence
32:09
 

Nouveaux rapports de force mondiaux et présidence française du G20
avec Thierry de Montbrial

Vidéo de la conférence
6 décembre  2010
29:56
 

Prévisions économiques 2011 2012
de Xerfi
Face à la guerre économique

Vidéo des prévisions économiques 2011-2012 de Xerfi
Décembre  2010
 
 

Pour une stratégie industrielle en France
avec Pierre Gattaz

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
28:44
 

Après le G20, quelles issues pour les déséquilibres monétaires ?
avec Anton Brender

Vidéo de la conférence
19 novembre  2010
24:50
 

Une multinationale française face à la mondialisation
avec Xavier Fontanet

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
30:57
 

Le plan de relance de la France :
quel bilan ?
avec Patrick Devedjian

Vidéo de la conférence
9 novembre  2010
31:51
 

La guerre monétaire aura-t-elle lieu ?
avec christian de Boissieu

Vidéo de la conférence
4 novembre  2010
31:12
 

La Russie :
Quelle stratégie de puissance ?
avec Catherine Durandin

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
35:02
 

Mutations du marché mondial de l'art
avec Guillaume CERUTTI

Vidéo de la conférence
29 octobre  2010
34:58
 

L'Europe, après la globalisation :
l'effet boomerang?
avec Hervé JUVIN

Vidéo de la conférence
28 octobre  2010
33:04
 

Quelle réforme de la fiscalité
pour demain ?
avec Philippe MARINI

Vidéo de la conférence
20 octobre  2010
30:27
 

Quel avenir pour la vidéo
sur Internet et les supports mobiles ?
avec Cédric TOURNAY

Vidéo de la conférence
7 octobre  2010
23:59
 

L'europe et le couple Franco-Allemand
face à la crise
avec Hubert VEDRINE

Vidéo de la conférence
6 octobre  2010
30:17
 

Histoire vivante de la pensée économique
avec Jean-Marc DANIEL

Vidéo de la conférence
5 octobre  2010
40:29
 

Guerre et Paix au XXIème siècle
avec Christian SAINT ETIENNE

Vidéo de la conférence
28 septembrei  2010
25:08
 

Colloque Xerfi : La finance face à l'emploi
Logique des marchés
et relocalisation des activités

Vidéo de la conférence
15 juin 2010
 
 

La refondation du système n'aura pas lieu
avec Elie COHEN

Vidéo de la conférence
11 mai  2010
36:46
 

 

 
L’éolien : un mirage industriel pour la France
par Philippe Gattet

Gris
Télécharger vidéo

Télécharger la vidéo

     
  Télécharger la présentation de l'étude Xerfi :
Marché français de l’éolien à l’horizon 2020
 
   
 

Nicolas Sarkozy a annoncé en grande pompe en janvier dernier la construction de 600 éoliennes en mer. L’objectif est de constituer, je le cite, « une filière nationale performante (…) et se projeter à l'export ». Mais c’est très largement insuffisant pour faire de la France une base industrielle forte pour l’éolien. Et c’est aussi particulièrement coûteux pour le contribuable.

Regardons dans le détail: les 600 éoliennes auront une capacité de production de 3 000 MW. Ce n’est pas rien : c’est l’équivalent de 2 réacteurs nucléaires ! Mais c’est moins de 10% des objectifs du Grenelle de l’Environnement pour 2020 comme le montre ce graphique. Et cela représente moins de 2% de la consommation du pays. La France doit donc aller encore plus loin si elle veut respecter ses engagements et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il faut donc a priori dépenser davantage. Pour l’éolien offshore, c’est le contribuable qui subventionne directement la construction des parcs. Et le coût pour la collectivité est prohibitif ! La preuve : 10 MdE seront nécessaires pour financer l’appel d’offres annoncé en janvier dernier. Je vous laisse imaginer la facture totale pour atteindre les objectifs 2020 du Grenelle.

Pour les parcs éoliens situés à terre, c’est normalement le consommateur qui finance leur développement. EDF rachète pendant une période de 15 ans à un prix convenu d’avance l’électricité produite par les fermes éoliennes. EDF finance cela par une taxe prélevée dans chaque facture d’électricité. Cette contribution doit en théorie couvrir intégralement les frais engagés pour le rachat de l’électricité d’origine renouvelable. Mais pour le moment, les montants récoltés par EDF ne suffisent pas pour payer toute la production électrique d’origine renouvelable. L’ancien monopole d’État en est de sa poche alors même que ce système de rachat devrait être indolore sur les finances du groupe. EDF cherche actuellement à se faire rembourser 2,6 MdE par l’État alors même que nous sommes seulement au début du développement de l’électricité verte. Au rythme actuel, le déficit cumulé atteindrait 15 MdE d’ici 2015. C’est donc finalement le contribuable et non le consommateur qui va couvrir ce déficit.

Certains diront que ces milliards d’euros drainent des emplois. Certes. Mais pas là où on les attend. En tout cas pas dans l’industrie manufacturière. Quels sont alors les secteurs qui recrutent dans la filière éolienne ? En gros ceux liés à l’implantation des parcs éoliens, par nature à faible valeur ajoutée. Les métiers du génie civil ou de l’installation électrique sont d’importants pourvoyeurs d’emplois. Des gisements d’emplois vont également apparaître dans tous les secteurs concernés par la construction d’infrastructures en mer. Et l’industrie manufacturière ? Il y a bien les fabricants de composants pour l’automobile ou l’aéronautique qui tentent de se mobiliser pour fournir des pâles ou des roulements. Et c’est tout ! Autrement dit, les entreprises françaises sont absentes des secteurs industriels, c'est-à-dire ceux à forte valeur ajoutée. Ces métiers restent l’apanage des grands fabricants d’Europe du Nord et d’Amérique du Nord qui sont en pointe dans ce domaine.

Et c’est là le drame français : les milliards d’euros dépensés par la France dans l’éolien servent finalement à alimenter des usines implantées à l’extérieur des frontières. Les turbines coûtent en effet très chères : elles absorbent les trois quarts du coût total d’un parc éolien. C’est finalement un peu le même travers qu’avec la prime à la casse dans l’industrie automobile : en voulant dynamiser l’activité domestique, on favorise les entreprises industrielles situées à l’étranger. Regardez. C’est l’Allemagne notre premier fournisseur : près de 60% du parc est équipé de turbines fabriquées Outre-Rhin. Les groupes Enercon, Repower et Nordex ont fait de l’Allemagne leur base d’exportation. Nos autres fournisseurs sont danois ou espagnols. Il y a bien le Français Vergnet qui fabrique des éoliennes dans l’Hexagone, mais elles sont destinées aux régions tropicales. Quant à Alstom et Areva, ils sont propriétaires de fabricants d’éoliennes mais leur outil de production est situé en dehors de l’Hexagone. Au final, les fabricants français ne totalisent que 5% des parts de marché sur leur propre territoire. Pour créer des emplois à forte valeur ajoutée dans la filière et se projeter à l’export, il faut donc aller encore plus loin que 600 éoliennes ! Nous pourrions par exemple nous inspirer de ce qu’à fait la Chine. En moins de 5 ans, deux fabricants chinois, Sinovel et Goldwind, se sont hissés dans le Top 10 des fabricants mondiaux. Ils talonnent aujourd’hui le leader mondial, le Danois Vestas, ainsi que les groupes allemands et américains. Comment ont-ils fait ? * Avec une dose de protectionnisme. Les pouvoirs publics chinois privilégient en effet leurs entreprises nationales lors des grands appels d’offres qui ont lieu dans le pays. Aujourd’hui ces acteurs comptent bien s’émanciper et conquérir les autres marchés mondiaux.

En France, la stratégie de conquête de nouveaux marchés comme l’éolien passe donc selon nous par une plus forte implication de l’État. Une implication qui n’est d’ailleurs pas forcément financière. Nous l’avons vu, les milliards d’euros investis ne servent qu’à accroître notre déficit commercial dans le domaine de l’éolien. La solution est plutôt politique. Pour être très clair, il faut que l’État ait une vraie politique industrielle volontariste dans l’éolien afin d’accroître les emplois à forte valeur ajoutée. C’est la seule solution pour que l’industrie éolienne française devienne réalité.

 
     
 


L'engagement citoyen
 :

Le Groupe Xerfi  entend participer activement à la réflexion sur les grands en jeux économiques.  Il mobilise à cette fin sa connaissance approfondie de l'économie mondiale et de tous les secteurs économiques, son expertise,  sa liberté d'analyse et de diagnostic conférée par son indépendance statutaire et financière.

Le Groupe Xerfi offre cinq niveaux d'accès à la connaissance économique:

  • L'analyse et la prévision sur le panorama complet des secteurs par Xerfi France,
  • Le décryptage des stratégies concurrentielles des entreprises par Precepta,
  • L'analyse du tissu français de sociétés par Xerfi Entreprises,
  • L'ouverture aux études des secteurs, des marchés et des groupes au plan mondial par Xerfi Global
  • Les grandes prévisions macro-économiques sur la France et l'international par Xerfi Previsis
 
 

www.xerfi.fr

 
Télécharger le player flash